William Shakespeare – Ce temps de l’année

Edvard Munch - Clair de lune sur la cote (1892)Tu peux voir en moi ce temps de l’année où il ne pend plus que quelques rares feuilles jaunes aux branches qui tremblent sous le souffle de l’hiver, orchestres nus et ruinés où chantaient naguère les doux oiseaux.

En moi tu vois le crépuscule du jour qui s’évanouit dans l’Occident avec le soleil couchant, entraîné peu à peu par la nuit noire, cet alter ego de la mort, qui scelle tout dans le repos.

En moi tu vois la dernière étincelle d’un feu qui agonise sur les cendres de sa jeunesse, lit de mort où il doit expirer,

Eteint par l’aliment dont il se nourrissait. Tu t’en aperçois, et c’est ce qui fait ton amour plus fort pour aimer celui que tu vas si tôt perdre.

About these ads

~ par stéphane chabrières le novembre 27, 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 335 autres abonnés

%d bloggers like this: