Gottfried Benn – Synthèse (1917)

Brassaï - Paris by night, 1934Silencieuse nuit. Maison silencieuse.
Je suis des plus calmes étoiles,
Je porte ma propre lumière
Jusqu’au bout de ma propre nuit.

Des cavernes, des cieux, de la boue,
Du bétail je suis rentré dans mon cerveau.
Et ce qui s’accorde encore à la femme
Est une sombre et douce onanie.

Je masse le monde. Je râle le rapt.
Et la nuit je roule nu dans la joie:
La force de la mort, la puanteur des cendres
Ne me rejettent pas, Ich-Begriff, dans le monde.

***

Gottfried Benn

About these ads

~ par schabrieres le décembre 21, 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 358 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :