Georg Heym – Mon âme (Meine Seele, 1911)

Mon âme est un serpent
Mort depuis longtemps,
Parfois simplement par les mains d’automne
Dans le rougeoiement du couchant qui s’est effeuillé
Je grandis à pic de la fenêtre
Où les étoiles tombent
Sur les fleurs et le cresson
Mon front miroite
Dans le vent geignant des nuits

***

Georg Heym (1887-1912)

About these ads

~ par stéphane chabrières le mai 22, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 336 autres abonnés

%d bloggers like this: