Georges Bataille – Le néant n’est que moi-même (1944)

Le néant n’est que moi-même
l’univers ma tombe
le soleil n’est que ma mort

mes yeux sont l’aveugle foudre
mon coeur est le ciel
où l’orage éclate

en moi-même
au fond d’un abîme
l’immense univers est la mort

***

Georges Bataille (1897-1962)L’Archangélique et autres poèmes (1944)

About these ads

~ par stéphane chabrières le décembre 4, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 280 followers

%d bloggers like this: