Friedrich Nietzsche – Sils Maria (1882)

J’étais assis ici à attendre, à attendre — sans rien attendre.
Par-delà le bien et le mal, à jouir tantôt de la lumière,
Tantôt de l’ombre, n’étant moi-même tout entier que jeu,
Que lac, que midi, que temps sans but.
Lorsque soudain, amie ! un se fit deux
— Et Zarathoustra passa auprès de moi…

***

Friedrich Nietzsche (1844-1900) – Appendice au Gai Savoir (1882)

About these ads

~ par schabrieres le août 17, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 358 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :