Fernando Pessoa – Passage des heures (Passagem das horas, 1916)

Quoi qu’il en soit, mieux valait n’être pas né,
parce que, tout intéressante qu’elle est à chaque instant,
la vie finit par faire mal, par donner la nausée, par blesser, par frotter, par craquer,
par donner envie de pousser des cris, de bondir, de rester à terre, de sortir
de toutes les maisons, de toutes les logiques et de tous les balcons,
de bondir sauvagement vers la mort parmi les arbres et les oublis,
parmi culbutes, périls et absence de lendemain,
et tout cela aurait dû être quelque chose d’autre, plus semblable à ce que je pense,
avec ce que je pense ou éprouve, sans que je sache même quoi, ô vie.

***

Fernando Pessoa (1888-1935) – Extrait du poème « Passage des heures » – 25 mai 1916

About these ads

~ par schabrieres le octobre 12, 2010.

Une Réponse to “Fernando Pessoa – Passage des heures (Passagem das horas, 1916)”

  1. Transpercé par ces quelques vers. En un mot : Admirable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 352 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :