Gellu Naum – La dissimulation

Tout ce que j’écrivais était la voix de mon oeil reclus dans ses lettres
je voyais l’auréole de son cri spectral
j’étais muet et je parlais
la même lumière débordait sur mes paupières
débordait de toutes les paupières

Quelquefois j’attendais pour voir
les sources qui n’ont pas déserté
tant de manières de silence

***

Gellu Naum (1915-2001)

About these ads

~ par stéphane chabrières le mars 19, 2011.

Une Réponse to “Gellu Naum – La dissimulation”

  1. En général, je n’aime ni le marxisme-léninisme, ni la psychanalyse freudienne, ni le surréalisme…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 332 autres abonnés

%d bloggers like this: