Roberto Juarroz – Poème (1993)

Muet parmi les mots,
presque aveugle parmi les regards,
au-delà du coude de la vie,
sous l’emprise d’un dieu qui est absence pure,
je déplace l’erreur d’être un homme
et corrige avec patience cette erreur.

Ainsi je ferme à demi les fenêtres du jour,
j’ouvre les portes de la nuit,
je creuse les visages jusqu’à l’os,
je sors le silence de sa caverne,
j’inverse chaque chose
et je m’assieds de dos à l’ensemble.

Je ne cherche désormais ni ne trouve,
je ne suis ici ni ailleurs,
je me refais au-delà du souci,
je me consacre aux marges de l’homme
et cultive en un fond qui n’existe pas
l’infime tendresse de ne pas être.

*

Callado entre palabras,
casi ciego entre ojos,
más allá del codo de la vida
y prendado de un dios que es pura ausencia,
descoloco el error de ser un hombre
y corrijo con paciencia ese error.

Así entorno las ventanas del día,
abro las puertas de la noche,
desdibujo los rostros hasta el hueso,
saco al silencio de su cueva,
doy vuelta cada cosa
y me siento de espaldas al conjunto.

Ya no busco ni encuentro,
no estoy aquí ni en otra parte,
me desando más allá del desvelo,
me consagro a los márgenes del hombre
y cultivo en un fondo que no existe
la mínima ternura de no ser.

***

Roberto Juarroz (1925-1995)Treizième poésie verticale (Decimotercera poesía vertical, 1993)

About these ads

~ par stéphane chabrières le mars 23, 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 279 followers

%d bloggers like this: