Rainer Maria Rilke – L’expérience de la mort (Todeserfahrung, 1907)

Nous ne savons rien de ce départ qui ne partage rien
Avec nous. Nous ne devons ni haine,
Ni admiration, ni amour à cette mort, rien
Qu’une bouché de masque tragique

Etrangement déformé. Le monde est rempli encore
De rôles que nous jouons.
Tant qu’il nous importe de plaire, la mort
Jouera aussi son jeu même s’il ne plaît point.

Pourtant comme tu marchais, un rayon de réalité
Pénétra sur la scène, à travers cette faille
Par où tu t’en allais : vert d’un vert vrai,
Du vrai soleil, une vraie forêt.

Nous continuons de jouer. Récitant, inquiets,
Des choses apprises avec peine,
Cueillant des visages d’ici, de là ; mais ta présence
Si lointaine, arrachée à notre rôle,

Peut nous surprendre parfois, comme une connaissance
Qui sombre vers nous de cette réalité,
Au point qu’un instant, emportés par l’élan,
Nous jouons la vie, sans penser aux applaudissements.

***

Rainer Maria Rilke (1875-1926)Nouveaux poèmes (Neue Gedichte, 1907)

About these ads

~ par stéphane chabrières le avril 25, 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 325 autres abonnés

%d bloggers like this: