Dylan Thomas – N’étant que des hommes (Being But Men, 1932)

N’étant que des hommes, nous marchions dans les arbres
Effrayés, abandonnant nos syllabes à leur douceur
De peur d’éveiller les freux,
De peur d’arriver
sans bruit dans un monde d’ailes et de cris.

Enfants nous nous serions penchés
Pour attraper les freux endormis, sans briser de brindilles,
Et après une douce ascension,
Élevant nos têtes au-dessus des branches
Nous nous serions émerveillés des étoiles inaltérables.

Loin de la confusion, telle est la voie
Tel est le prodige que l’homme sait
Loin du chaos parviendrait la joie.

Cela est la beauté, disions-nous,
Enfants émerveillés par les étoiles,
Cela est le but, cela est le terme.

N’étant que des hommes, nous marchions dans les arbres.

***

Dylan Thomas (1914-1953) – Traduction d’Alain Suied

About these ads

~ par stéphane chabrières le mai 17, 2012.

Une Réponse to “Dylan Thomas – N’étant que des hommes (Being But Men, 1932)”

  1. Je ne connaissais pas Dylan Thomas. Je trouve ce texte très beau. Mais j’ai quelques doutes quant à la traduction. Le traducteur a, semble-t-il, traduit par des conditionnels des formes en "would", qui pourraient être traduites comme des formes de répétition dans le passé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 326 autres abonnés

%d bloggers like this: