Armand Robin – L’étranger

Je ne suis qu’apparemment ici.
Loin de ces jours que je vous ai donnés
Est projetée ma vie.

Malhabile conquérant par mes cris gouverné,
Où vous m’apercevez je ne suis qu’un étranger.
Gestes d’amour partout éparpillés,
Je me fraye une voie isolée, désertée.

D’une science à l’autre j’ai pris terrier,
Lièvre apeuré sentant sur lui braqué
Le fusil savant et sûr de la destinée.

Aucune terreur ne m’a manqué.

***

Armand Robin (1912-1961) – Le Monde d’une voix

About these ads

~ par stéphane chabrières le juin 28, 2012.

Une Réponse to “Armand Robin – L’étranger”

  1. Merci pour ces poèmes d’Armand Robin qui toujours nous suspendent sur le fil du monde d’une voix.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 283 followers

%d bloggers like this: