Alexandre Blok – Poème (1910)

Il est dur de marcher parmi les hommes
Et de faire semblant qu’on n’est pas mort,
De raconter le jeu tragique des passions
Devant ceux qui n’ont pas vécu encore.
De trouver, en scrutant le cauchemar des nuits
Un ordre dans le chaos fou des émotions
Pour que l’art fasse voir par ses pâles reflets
Quel brasier est la vie qui se détruit.

***

Alexandre Blok (1880-1921)10 mai 1910 – Traduction de Jean-Louis Backès

About these ads

~ par stéphane chabrières le août 15, 2012.

Une Réponse to “Alexandre Blok – Poème (1910)”

  1. Tant qu’une petite étincelle,un simple mot,une idée qui jaillit nous sommes vivants garder toujours en nous l’espoir .Vivons,Vivons comme le disait Ronsard en ne comptant pas les jours qui passent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 278 followers

%d bloggers like this: