Dylan Thomas – Y eut-il un temps

Dylan ThomasY eut-il un temps où les danseurs et leurs violons
Dans les cirques d’enfants pouvaient calmer leurs chagrins ?
Il y eut un temps où ils pouvaient pleurer sur les livres
Mais le temps leur a lancé son asticot aux trousses.
Sous l’arc du ciel ils sont en danger.
Mieux vaut ne jamais savoir de quoi la vie est faite.
Sous les présages du ciel, ceux qui n’ont pas de bras
Ont seuls les mains propres, et, comme l’âme sans coeur
Est seule indemne, c’est l’aveugle qui voit le mieux.

*

Was there a time

Was there a time when dancers with their fiddles
In children’s circuses could stay their troubles?
There was a time they could cry over books,
But time has set its maggot on their track.
Under the arc of sky they are unsafe.
What’s never known is safest in this life.
Under the skysigns they who have no arms
Have cleanest hands, and, as the heartless ghost
Alone’s unhurt, so the blind man sees best.

***

Dylan Thomas (1914-1953)Ce monde est mon partage et celui du démon (Points Poésie, 2008) – Traduit de l’anglais par Patrick Reumaux.

Publicités

~ par schabrieres sur août 16, 2008.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :