Jorge Luis Borges – Instants

Si je pouvais de nouveau vivre ma vie
Dans la prochaine je commettrais plus d’erreurs
Je serais plus bête que ce que j’ai été
en fait je prendrais peu de choses au sérieux
Je serais moins hygiénique, je courrais plus de risques, je voyagerais plus
Je contemplerais plus de crépuscules, je grimperais plus de montagnes,
Je nagerais dans plus de rivières,
Je me rendrais dans plus d’endroits qui me sont inconnus
Je mangerais plus de crèmes glacées et moins de fèves
J’aurais plus de problèmes réels et moins d’imaginaires.
J’ai été de ces personnes
qui vivent sagement et pleinement chaque minute de leur vie
Bien sûr que j’ai eu des moments de joie
Mais si je pouvais revenir en arrière,
J’essaierais de n’avoir seulement que de bons moments
ne pas laisser passer le présent.
J’étais de ceux qui ne se déplacent sans un thermomètre,
un bol d’eau chaude, un parapluie, et un parachute.
Si je pouvais revivre ma vie je recommencerais par me promener pieds nus
dès les premiers jours du printemps
et je continuerais jusqu’aux confins de l’automne…
Je musarderais plus dans les ruelles, je contemplerais
plus d’aurores et je jouerais avec plus d’enfants,
si j’avais encore une fois la vie devant moi.
Mais voyez-vous, j’ai 85 ans, et je sais que
je suis en train de mourir…

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 20, 2008.

Une Réponse to “Jorge Luis Borges – Instants”

  1. ceci n’est pas un poème de Borges mais de Nadine Stair ou Ron Herold http://www.lasegunda.com/Noticias/Impreso/2012/08/769222/polemica-por-borges-maria-kodama-logra-que-retiren-libro-por-falso-poema

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

%d blogueurs aiment cette page :