Emil Cioran – Ce qui m’a sauvé, c’est l’idée de suicide

Emil Cioran rejoint la pensée de Stig Dagerman qui disait: «Le suicide est la seule preuve de la liberté de l’homme.»

Ce qui m’a sauvé, c’est l’idée de suicide. Sans l’idée de suicide je me serais sûrement tué. Ce qui m’a permis de vivre, c’est que j’avais ce recours, toujours en vue. Vraiment, sans cette idée je n’aurais pas pu supporter la vie. L’impression d’être coincé ici, par je ne sais quoi. Pour moi, l’idée de suicide est toujours liée à l’idée de liberté. J’ai remarqué que, dans la vie, il y a très peu d’êtres qui ont compris. Vous pouvez rencontrer de très grands écrivains qui n’ont rien compris, des gens qui ont énormément de talent, qui ne valent rien. Au contraire, vous pouvez rencontrer quelqu’un dans la rue, dans un bistrot, qui a eu une révélation : c’est un homme qui a approfondi, qui s’est frotté au grand problème.

Advertisements

~ par schabrieres sur décembre 10, 2008.

2 Réponses to “Emil Cioran – Ce qui m’a sauvé, c’est l’idée de suicide”

  1. Je ne parviens à me libérer de moi que dans deux cas : par l’idée du suicide et par celle d’écrire.

    La passion suspendue. Entretiens avec Léopoldina pallotta della torre de Marguerite Duras
    [ Marguerite Duras ]

    J'aime

  2. […] Cioran va escriure: “La idea del suicidi m’ha salvat”. […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :