Paul Celan – Je peux encore te voir (1970)

Edvard Munch - Separation II (1896)JE PEUX ENCORE TE VOIR: un écho,
palpable avec des mots
tactiles, à l’arête
de l’adieu.

Ton visage s’effarouche doucement
quand soudain
fait une clarté de lampe en moi,
à l’endroit
où l’on dit le plus douloureusement Jamais.

***

Paul Celan (1920-1970)Contrainte de lumière (Lichtzwang, 1970)

About these ads

~ par stéphane chabrières le septembre 16, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 282 followers

%d bloggers like this: