Fernando Pessoa – Ajournement (Adiamento, 1928)

Fernando PessoaAprès-demain, oui, après-demain seulement…
Je passerai la journée de demain à penser à après-demain,
et ainsi ce sera possible ; mais pas aujourd’hui…
Non, aujourd’hui pas moyen ; impossible aujourd’hui.
La persistance confuse de ma subjectivité objective,
le sommeil de ma vie réelle, intercalé,
la lassitude anticipée et infinie,
un monde de lassitude pour prendre un tram…
cette espèce d’âme…
Après-demain seulement…
Aujourd’hui je veux me préparer,
je veux me préparer à penser demain au lendemain…
C’est lui qui est décisif.
J’ai déjà mon plan tracé ; mais non, aujourd’hui je ne trace
pas de plans…
Demain est le jour des plans.
Demain je m’assieds à mon bureau pour conquérir le
monde ;
mais, le monde, je ne vais le conquérir qu’après-demain…
J’ai envie de pleurer,
j’ai envie de pleurer tout d’un coup, intérieurement…
Ne cherchez pas à en savoir davantage, c’est secret, je me
tais.
Après-demain seulement…
Lorsque j’étais enfant le cirque du dimanche m’amusait
toute la semaine.
Aujourd’hui seul m’amuse le cirque dominical de toute la
semaine de mon enfance…
Après-demain je serai autre.
Ma vie sera triomphale,
toutes mes qualités de créature intelligente, cultivée,
pratique, seront convoquées par voie d’arrêté –
mais par un arrêté de demain…
Aujourd’hui je veux dormir, je le rédigerai demain.
Pour aujourd’hui, quel est le spectacle qui répéterait mon
enfance ?
Même si c’était pour me faire acheter les billets demain,
car c’est après-demain que le spectacle est bon…
et pas avant…
Après-demain j’aurai l’attitude que j’étudierai demain.
Après-demain je serai finalement ce qu’aujourd’hui je ne
saurais être d’aucune façon.
Après-demain seulement…
J’ai sommeil ainsi qu’a froid un chien errant.
J’ai sommeil infiniment.
Demain je te dirai les paroles, ou après-demain.
Oui, peut-être après-demain seulement…

L’avenir…
Oui, l’avenir…

***

Fernando Pessoa (1888-1935)Poésies d’Alvaro de Campos (Poésie/Gallimard) – Traduit du portugais par Armand Guibert.

Publicités

~ par schabrieres sur septembre 26, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Lisez Voir !

- Des livres à votre vue -

Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :