Federico García Lorca – Suicide (peut-être parce que tu ignorais la géométrie) (1922)

René Magritte - La Reproduction Interdite (1937)Le jeune homme perdait mémoire de lui-même.
Il était dix heures du matin.

Son cœur peu à peu s’emplissait
de fleurs de chiffon et d’ailes brisées.

Il nota qu’il ne lui restait
plus qu’une parole aux lèvres.
Ôtant les gants, il vit tomber
de ses mains une cendre fine.

Du balcon se voyait une tour.
Il se sentit balcon et tour.

Il crut voir que le fixait
la montre prise dans son boîtier.

Il vit son ombre étendue et calme
sur le blanc divan de soie.

Le jeune homme, géométrique et roide,
d’un coup de hache brisa le miroir.

A ce geste un grand jet d’ombre
inonda la chimérique alcôve.

***

Federico García Lorca (1898-1936)Chansons (Canciones, 1922)

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 13, 2009.

Une Réponse to “Federico García Lorca – Suicide (peut-être parce que tu ignorais la géométrie) (1922)”

  1. Magnifique de sobriété, de la grandiloquence cependant dans ces mots si bien prélevés et qui sonnent si juste……..Froids , précis et nets et l’acte fut !!! merci pour cet extrait ! Bon dimanche !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :