Charles Bukowski – L’oiseau bleu (Bluebird, 1992)

Georges Braque - The Blue and Grey Bird (1962)il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui
veut sortir
mais je suis trop coriace pour lui,
je lui dis, reste là, je ne veux pas
qu’on te
voie.

il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui
veut sortir
mais je verse du whisky dessus et inhale
une bouffée de cigarette
et les tapins et les barmens
et les employés d’épicerie
ne savent pas
qu’il est
là.

il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui
veut sortir
mais je suis trop coriace pour lui,
je lui dis,
tiens-toi tranquille, tu veux me fourrer dans le
pétrin ?
tu veux foutre en l’air mon
boulot ?
tu veux faire chuter les ventes de mes livres en
Europe ?

il y a dans mon coeur un oiseau bleu qui
veut sortir
mais je suis trop malin, je ne le laisse sortir
que de temps en temps la nuit
quand tout le monde dort
je lui dis, je sais que tu es là,
alors ne sois pas
triste.

puis je le remets,
mais il chante un peu
là-dedans, je ne le laisse pas tout à fait
mourir
et on dort ensemble comme
ça
liés par notre
pacte secret
et c’est assez beau
pour faire
pleurer un homme, mais
je ne pleure pas,
et vous ?

***

Charles Bukowski (1920-1994) –  Last Night of the Earth Poems (1992)

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 29, 2009.

9 Réponses to “Charles Bukowski – L’oiseau bleu (Bluebird, 1992)”

  1. Prisonnier d’un secret………

    Aimé par 1 personne

  2. Suis venue le lire à nouveau : on ne résiste pas au chant de l’oiseau !

    Aimé par 1 personne

  3. Très beau ! Merci ! Une si belle découverte ne qu’être partagée !

    Aimé par 1 personne

  4. C’est une jolie ode à la vie.

    Aimé par 1 personne

  5. J’aime ce poème ! Bukowski… Bluebird… nombre de talent sont aujourd’hui éparpillés de par le monde !

    Aimé par 2 personnes

  6. Grandioso poeta maldito, Bukowski!!

    Aimé par 1 personne

  7. […] Origen: Charles Bukowski – L’oiseau bleu (Bluebird, 1992) […]

    J'aime

  8. Drôle d’oiseau bleu que celui-ci…Il y en a qui ont le coeur trop gros pour leur poitrine…alors il l’envoie au large en le faisant nager dans l’alcool…

    Aimé par 2 personnes

  9. L’oiseau devient craintif de cette absence douce
    Laisse-le s’envoler par ton désintérêt
    Tu connais son secret subit par ton attrait
    Ce pouvoir exercé qui lui donnait la frousse __

    Aimé par 4 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :