John Donne – Aucun homme n’est une île (No Man is an Island, 1624)

Aucun homme n’est une île, un tout, complet en soi ; tout homme est un fragment du continent, une partie de l’ensemble ; si la mer emporte une motte de terre, l’Europe en est amoindrie, comme si les flots avaient emporté un promontoire, le manoir de tes amis ou le tien ; la mort de tout homme me diminue, parce que j’appartiens au genre humain ; aussi n’envoie jamais demander pour qui sonne le glas : c’est pour toi qu’il sonne.

***

John Donne (1572-1631)Devotions upon Emergent Occasions (1624)

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 5, 2010.

5 Réponses to “John Donne – Aucun homme n’est une île (No Man is an Island, 1624)”

  1. magnifiques, ce texte de John Donne et la photo du tableau de C.D. Friedrich, oui, petits nous sommes reliés étrangement à cet univers immense, matrice de tout ce qui nous anime.
    Votre blog est bien enrichissant …. j’y reviendrai !

    Aimé par 2 people

  2. Entre un être et un autre, il y a un abîme, il y a une discontinuité.
    Cet abîme se situe, par exemple, entre vous qui m’écoutez et moi qui vous parle. Nous essayons de communiquer, mais nulle communication entre nous ne pourra supprimer une différence première. Si vous mourrez, ce n’est pas moi qui meurs. Nous sommes vous et moi des êtres discontinus.
    Mais je ne puis évoquer cet abîme qui nous sépare sans avoir le sentiment d’un mensonge. Cet abîme est profond, je ne vois pas le moyen de le supprimer. Seulement en commun, nous pouvons ressentir le vertige de cet abîme. Il peut-être nous fasciner. Cet abîme en un sent est la mort et la mort est vertigineuse, elle est fascinante.

    Georges Bataille, L’Érotisme.

    Aimé par 2 people

  3. A reblogué ceci sur mariannewaeberet a ajouté:
    John Donne, toi qui vécus entre la fin du XVIe et le début du XVIIe, tu me parles comme si tu habitais le même siècle, le même monde, les mêmes obsessions que nous…

    Aimé par 1 personne

  4. John Donne, toi qui vécus entre la fin du XVIe et le début du XVIIe, tu me parles comme si tu habitais le même siècle, le même monde, les mêmes obsessions que nous…

    Aimé par 1 personne

  5. dommage que la présente traduction aplatisse le texte original

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

Un atelier en ligne, par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :