T.S. Eliot – Préludes (1917)

I

Le soir d’hiver choit dans les ruelles
Parmi des relents de grillade.
Il est six heures.
Les mégots de jours enfumés.
Voici que l’averse en bourrasque
À nos pieds plaque
Des bribes de feuilles souillées
Et de vieux journaux arrachés
Aux terrains vagues ;
Contre les jalousies brisées
Et les tuiles des cheminées
L’averse bat ;
Un cheval de fiacre esseulé
Au coin de la rue piaffe et fume.
Puis les réverbères s’allument.

II

Le matin s’ouvre à la conscience
D’un relent de bière éventée
Qui monte, vague, de la rue
Jonchée de sciure martelée
Par tous les pieds boueux qui gagnent
Les zincs de l’aube.
Parmi les autres mascarades
Que l’heure assume,
On évoque toutes les mains
Qui relèvent des stores douteux
Dans mille garnis.

III

Tu rejetas la couverture,
Puis, sur le dos, tu attendis,
Sommeillant, guettant dans la nuit
Les dix mille images sordides
Dont ton âme était composée
Et qui tremblotaient au plafond.
Mais lorsque le monde revint
Avec la lumière aux persiennes
Et les moineaux dans les gouttières,
Ta vision de la rue fut telle
Que la rue ne l’entendrait guère
Comme, assise en travers du lit,
Tu déroulais tes papillottes
Ou crispais tes paumes souillées
Sur la plante de tes pieds jaunes.

IV

Son âme écartelée au ciel
Qui s’éteint derrière un immeuble
Ou meurtrie de pas insistants
De quatre à cinq, de cinq à six;
Les doigts trapus bourrant des pipes,
Les journaux du soir, et les yeux
Pleins de certaines certitudes,
La conscience d’une rue noircie
Avide d’assumer le monde.

Je suis ému de songeries
Lovées autour de ces images
Et qui s’attardent: la notion
Comme d’un être infiniment
Tendre et souffrant infiniment.

Essuyez votre main à vos lèvres; riez.
Les mondes tournent en rond pareils à des vieillardes
Glanant du bois dans quelque terrain vague.

***

T.S. Eliot (1888-1965)Prufrock et autres observations (Prufrock and Other Observations, 1917) – Traduit de l’anglais par Pierre Leyris.

~ par schabrieres sur janvier 13, 2010.

2 Réponses to “T.S. Eliot – Préludes (1917)”

  1. Le jour aussi a ses lumières sans histoire
    qui pâlement vacillent
    et tournent autour de l’ombre
    à la recherche d’un vieux mot…
    ils le nommaient espoir…

    J'aime

  2. Je vais mettre en ligne sur mon blog le premier des preludes de Eliot. Je vais mettre un lien vers cet article pour permettre à mes lecteurs(trices) d’accéder aux autres préludes. La traduction que j’en ai, plus littérale mais tout aussi poétique est aussi de Pierre Leyris, vraissemblablement recueillie à l’occasion du décès de Pierre Leyris, vu que je l’ai transcrit fin 1965 ou en 1966.
    Si vous ne souhaitez pas voir de lien vers votre blog, il vous suffira de me l’indiquer pour que je l’annule.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :