Fernando Pessoa – J’ai tant de sentiment (Tenho tanto sentimento, 1933)

J’ai tant de sentiment
Que je me persuade fréquemment
Que je suis un sentimental.
Pourtant je reconnais, quand je me considère,
Que tout cela est une affaire de pensée,
Et qu’au bout du compte je n’ai en rien senti.

Nous avons, nous tous qui vivons,
D’une part une vie vécue
Et de l’autre une vie pensée:
L’unique vie que nous ayons
Est celle qui est partagée
Entre l’authentique et la fausse.

Mais des deux vies, laquelle est authentique,
Laquelle est fausse, il n’y a personne au monde
Capable de nous l’expliquer;
Alors nous vivons de façon
Que la vie que nous avons
Est celle qui doit se penser.

***

Fernando Pessoa (1888-1935)18 Septembre 1933

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 30, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

%d blogueurs aiment cette page :