Hector de Saint-Denys Garneau – Accompagnement (1937)

Je marche à côté d’une joie,
D’une joie qui n’est pas à moi,
D’une joie à moi que je ne puis pas prendre.

Je marche à côté de moi en joie,
J’entends mon pas en joie qui marche à côté de moi,
Mais je ne puis changer de place sur le trottoir,
Je ne puis pas mettre mes pieds dans ces pas-là et dire : Voilà, c’est moi.

Je me contente pour le moment de cette compagnie,
Mais je machine en secret des échanges
Par toutes sortes d’opérations, des alchimies,
Par des transfusions de sang,
Des déménagements d’atomes par des jeux d’équilibre,

Afin qu’un jour, transposé,
Je sois porté par la danse de ces pas de joie,
Avec le bruit décroissant de mon pas à côté de moi,
Avec la perte de mon pas perdu s’étiolant à ma gauche
Sous les pieds d’un étranger qui prend une rue transversale.

***

Hector de Saint-Denys Garneau (1912-1943)Regards et Jeux dans l’espace (1937)

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 25, 2010.

2 Réponses to “Hector de Saint-Denys Garneau – Accompagnement (1937)”

  1. Je ne connaissais pas… Quelle découverte !
    Ce texte est une danse triste.
    Merci.
    Coline Termash

    J'aime

  2. Reblogged this on PRONAOS.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

%d blogueurs aiment cette page :