Roberto Juarroz – L’autre qui porte mon nom (El otro que lleva mi nombre, 1965)

L’autre qui porte mon nom
a commencé à me méconnaître.
Il se réveille où je m’endors,
double la conviction que j’ai de mon absence,
occupe ma place comme si l’autre était moi,
me copie dans les vitrines que je n’aime pas,
creuse les cavités que j’élude,
déplace les signes qui nous unissent
et visite sans moi les autres versions de la nuit.

Imitant son exemple,
j’ai commencé à me méconnaître.
Peut-être n’est-il d’autre manière
de commencer à nous connaître.

***

Roberto Juarroz (1925-1995)Tercera Poesía Vertical (1965)

Publicités

~ par schabrieres sur février 26, 2011.

2 Réponses to “Roberto Juarroz – L’autre qui porte mon nom (El otro que lleva mi nombre, 1965)”

  1. Poème curieux et approche originale, oblique du « connais toi toi même ».

    Je me permets de balancer une liane vers mon site car je suppute que ceux qui aimeront ce site trouveront à se repaître sur le site de poésie que j’entretiens, et qui satellise autour des mêmes planètes : http://poesie-et-racbouni.over-blog.com/20-index.html

    Aimé par 1 personne

  2. Sur le thème du double:

    Dans la vitrine cette pâle menteuse
    Soudain s’est dressé face à moi mon double.
    Il m’a dit:
    « Je te vois et tu me vois
    Et tu vois que je te vois
    Et je te vois qui me vois qui te vois… »

    Le reste peut être lu sur le site ci-dessus.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

%d blogueurs aiment cette page :