Wislawa Szymborska – Foisonnement (W zatrzęsieniu, 1996)

Je suis qui je suis.
Hasard inconcevable
comme tout hasard.

D’autres ancêtres
auraient pu être miens,
je me serais envolée
d’un tout autre nid,
d’un tout autre tronc d’arbre
serais-je sortie, en écaille.

La garde-robe de la nature
est riche en costumes divers.
Araignée, goéland, souris.
Ils vont à merveille, sans retouches,
et seront portés docilement
jusqu’à usure complète.

De même, je n’avais rien choisi,
mais je ne me plains pas.
J’aurais pu devenir quelqu’un
de bien moins particulier.
Quelqu’un de la fourmilière, du banc,
de l’essaim bourdonnant,
ou un bout de paysage agité par le vent.

Quelqu’un de moins heureux
élevé pour la fourrure,
pour la table de fêtes,
quelque chose qui nage sous verre.

Un arbre captif de la terre
voyant le feu approcher.
Un brin d’herbe foulé aux pieds
par le cours d’événements insondables.

Née sous la mauvaise étoile
qui pour d’autres reste bonne.

Et si, chez les autres, je n’éveillais que peur ?
ou rien que dégoût ?
ou rien que pitié ?

Et si j’étais née
dans une tribu mal choisie,
et que tous les chemins me fussent interdits ?

Pour l’instant, le sort a été
plutôt bienveillant avec moi.

Il aurait pu m’interdire
le souvenir des instants heureux.

Il aurait pu m’enlever
le goût des comparaisons.

J’aurais pu être moi – mais sans cet étonnement,
et cela voudrait dire
une autre.

*

W zatrzęsieniu

Jestem kim jestem
Niepojęty przypadek
Jak każdy przypadek.

Inni przodkowie
Mogli być przecież moimi,
A już z innego gniazda
Wyfrunęłabym,
Już spod innego pnia
Wypełzła w łusce.

W garderobie natury
Jest kostiumów sporo.
Kostium pająka, mewy, myszy polnej.
Każdy od razu pasuje jak ulał
I noszony jest posłusznie
Aż do zdarcia.

Ja tez nie wybierałam,
Ale nie narzekam.
Mogłam być kimś
O wiele mniej osobnym.
Kimś z ławicy, mrowiska, brzęczącego roju,
Szarpaną wiatrem cząstką krajobrazu.

Kimś dużo mniej szczęśliwym,
Hodowanym na futro,
Na świąteczny stół,
Czymś co pływa pod szkiełkiem.

Drzewem uwięzłym w ziemi,
Do którego zbliża się pożar

Źdźbłem tratowanym
Przez bieg niepojętych wydarzeń.

Typem spod ciemnej gwiazdy,
która dla innych jaśnieje.

A co gdybym budziła w ludziach strach,
Albo tylko odrazę,
Albo Tylka litość?

Gdybym się urodziła
Nie w tym, co trzeba, plemieniu
I zamykały się przede mną drogi?

Los okazał się dla mnie
Jak dotąd łaskawy.

Mogła mi nie być dana
Pamięć dobrych chwil.

Mogła mi być odjęta
Skłonność do porównań.

Mogłam być sobą – ale bez zdziwienia,
a to by, oznaczało,
że kimś całkiem innym.

*

Among The Multitudes
.
I am who I am.
A coincidence no less unthinkable
than any other.

I could have different
ancestors, after all,
I could have fluttered
from another nest
or crawled bescaled
from under another tree.

Nature’s wardrobe
holds a fair supply of costumes:
spider, seagull, field mouse.
Each fits perfectly right off
and is dutifully worn
into shreds.

I didn’t get a choice either,
but I can’t complain.
I could have been someone
much less separate.
Someone from an anthill, shoal, or buzzing swarm,
an inch of landscape tousled by the wind

Someone much less fortunate,
bred for my fur
or Christmas dinner,
something swimming under a square of glass.

A tree rooted to the ground
as the fire draws near.

A grass blade trampled by a stampede
on incomprehensible events.

A shady type whose darkness
dazzled some.

What if I’d prompted only fear,
loathing,
or pity?

If I’d been born
in the wrong tribe,
with all roads closed before me?

Fate has been kind
to me thus far.

I might never have been given
the memory of happy moments.

My yen for comparison
might have been taken away.

I might have been myself minus amazement,
that is,
someone completely different.

***

Wislawa Szymborska (née en 1923)Vue avec grain de sable (Widok z ziarnkiem piasku, 1996)Je ne sais quelles gens (Fayard, 1997) – Traduit du polonais par Piotr Kamiński – Map: Collected and Last Poems (Houghton Mifflin Harcourt, 2015) – Translated by Stanisław Barańczak and Clare Cavanagh.

~ par schabrieres sur juillet 21, 2011.

Une Réponse to “Wislawa Szymborska – Foisonnement (W zatrzęsieniu, 1996)”

  1. touchant poème, humain jusqu’à la moelle des mots

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

À nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Ana Maria Tomescu

bibliotecana

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

Le monde de SOlène, le blog

DU BONHEUR ET RIEN DAUTRE !

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

Lectures au coeur

Photographie et poésie

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around The Corner

Books I read. Books I want to share with you.

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

The Year of Living Deeply

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School, by Andrew Epstein

%d blogueurs aiment cette page :