Pier Paolo Pasolini – Supplique à ma mère (Supplica a mia madre, 1964)

Il est difficile de dire avec des mots de fils
ce à quoi dans mon cœur je ressemble bien peu.

Tu es la seule au monde à savoir, de mon cœur,
ce qu’il a toujours été, avant tout autre amour.

Voilà pourquoi je dois te dire ce qu’il est horrible de savoir :
c’est à l’intérieur de ta grâce que naît mon angoisse.

Tu es irremplaçable. Voilà ce qui a condamné
à la solitude la vie que tu m’as donnée.

Et je ne veux pas être seul. J’ai une faim infinie
d’amour, de l’amour de corps sans âme.

Parce que l’âme est en toi, c’est toi, mais tu
es ma mère et ton amour est mon esclavage :

j’ai passé mon enfance esclave de ce sentiment
élevé, irrémédiable, d’immense engagement.

C’était la seule façon de sentir la vie,
la seule couleur, la seule forme : maintenant c’est fini.

Nous survivons : et c’est la confusion
d’une vie qui renaît hors de la raison.

Je t’en supplie, ah, je t’en supplie : ne veuille pas mourir.
Je suis ici, seul, avec toi, en un futur avril…

*

Supplica a mia madre

È difficile dire con parole di figlio
ciò a cui nel cuore ben poco assomiglio.

Tu sei la sola al mondo che sa, del mio cuore,
ciò che è stato sempre, prima d’ogni altro amore.

Per questo devo dirti ciò ch’è orrendo conoscere:
è dentro la tua grazia che nasce la mia angoscia.

Sei insostituibile. Per questo è dannata
alla solitudine la vita che mi hai data.

E non voglio esser solo. Ho un’infinita fame
d’amore, dell’amore di corpi senza anima.

Perché l’anima è in te, sei tu, ma tu
sei mia madre e il tuo amore è la mia schiavitù:

ho passato l’infanzia schiavo di questo senso
alto, irrimediabile, di un impegno immenso.

Era l’unico modo per sentire la vita,
l’unica tinta, l’unica forma: ora è finita.

Sopravviviamo: ed è la confusione
di una vita rinata fuori dalla ragione.

Ti supplico, ah, ti supplico: non voler morire.
Sono qui, solo, con te, in un futuro aprile. . .

*

Plea to My Mother

It’s hard to express in the words of a son
what, at heart, I’m not really like.

You alone in all the world know what love
has always come first in my heart.

This is why there’s something terrible you should know:
it’s from your grace that springs my sorrow.

You are irreplaceable. This is why the life you blessed
me with will always be condemned to loneliness.

And I don’t want to be alone. I have an infinite
thirst for love, for bodies pure and soulless.

For the soul is in you, it is you, but you are
my mother, and in your love are my fetters.

I went through childhood enslaved to a sentiment,
lofty and incurable, of overwhelming commitment.

It was the only way to feel alive, the only color,
the only form, and now it’s over.

Still, we survive—in the confusion
of a life reborn outside of reason.

I beg you, oh, I beg you: don’t wish for death.
I’m here, alone, with you, in an April to come.

***

Pier Paolo Pasolini (1922-1975) – Poesia in forma di rosa (1964) – Poésie en forme de rose (Rivages, 2015) – Traduit de l’italien par René de Ceccatty – The Selected Poetry of Pier Paolo Pasolini (The University of Chicago, 2014) – Translated by Stephen Sartarelli.

~ par schabrieres sur avril 19, 2012.

2 Réponses to “Pier Paolo Pasolini – Supplique à ma mère (Supplica a mia madre, 1964)”

  1. un hommage à l’impossible, très émouvant
    @micalement

    Aimé par 1 personne

  2. Magnifique poème poignant sur la relation fils-mère. Merci pour le partage!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

ni • ko • ru

Freestyle - inventing it as I do it by merging elements of pragmatism and improvisation.

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

“Nous savons maintenant ce que c'est que la nuit. Ceux qui s'aiment d'amour n'ont qu'elle pour adresse.”

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Australian poetry interviews, fiction I'm reading right now, with a dash of experimental writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature Portes Ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

%d blogueurs aiment cette page :