Christine Lavant – Poème (1959)

Je veux partager le pain des fous,
prendre chaque jour un grand morceau d’horreur
et m’accorder à la cloche de ces cœurs
où niche une colombe
qui y trouve l’infime refuge
d’un désert au-dessus des eaux.
Longtemps j’ai été pierre logeant
au fond des choses.
Mais j’ai entendu la cloche
parler à voix basse de ton mystère,
le mystère des poissons volants.
J’apprendrai à voler, à nager,
je laisserai la pierre parmi les pierres
et la mélancolie dans un lit de nacre;
mais j’exalterai la colère et la pauvreté.
Mes ailes sont plus anciennes que ta patience,
mes ailes ont volé plus vite que mon courage
pour accepter la folie.
Je veux partager le pain des fous
dans le terrible désert de la colombe
où la cloche divise en trois la grande horreur
pour que triplement sonne ton nom.

***

Christine Lavant (1915-1973)  –  Fuseau dans la lune (Spindel im Mond, 1959) – Traduction de Christine et Nils Gascuel

Publicités

~ par schabrieres sur mai 9, 2012.

Une Réponse to “Christine Lavant – Poème (1959)”

  1. Amen. (Sublime, merci)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :