Jean Malrieu – Dernière lettre

Les écrits restent
Je t’aime
Je m’envole

À la poursuite de nos ombres
Adieu la minute précise
Où mon amour est plus fort que la mort
Et l’on saura combien mon éphémère
Je t’ai donné
Plus d’un dira de moi
J’ai plus aimé que lui
J’ai souffert comme lui
Et plus d’une dira
Je suis plus belle qu’elle

Pourquoi personne ne saura
Les écrits restent
Je m’efface

Moi qui n’étais qu’un homme
Et toi tu étais tout
Et c’est toi qui nous feras vivre dans la mémoire des hommes
Moi qui te parle comme un mort

Les écrits restent

Aussi j’écris j’écris
Je gagne sur l’immortalité en ce moment
Je dresse mon torse à la hauteur des amants célèbres
Parce que je t’aime comme on respire
Je t’aime comme on vit
Que ma vie est une vie d’homme
Et que j’ai joué mon sang

Les écrits restent

Je m’éloigne

Adieu
Le temps est merveilleux aujourd’hui
Tes yeux sont parfaitement bleus
On dirait de l’encre
J’écris tes yeux
Comme une heure tranquille celle de la poésie et de la vie
Il fait un temps de poème
Ta chair neige j’écris la neige
Parce que c’est beau et parce que c’est vrai

***

Jean Malrieu (1915-1976)

Publicités

~ par schabrieres sur août 11, 2013.

2 Réponses to “Jean Malrieu – Dernière lettre”

  1. […] [Texte découvert sur le site « Beauty will save the world », voir le lien ci-dessous] https://schabrieres.wordpress.com/2013/08/11/jean-malrieu-derniere-lettre/ […]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

%d blogueurs aiment cette page :