Edmond Jabès – Chanson de l’étranger

Je suis à la recherche
d’un homme que je ne connais pas,
qui jamais ne fut tant moi-même
que depuis que je le cherche.
A-t-il mes yeux, mes mains
et toutes ces pensées pareilles
aux épaves de ce temps ?
Saison des mille naufrages,
la mer cesse d’être la mer
devenue l’eau glacée des tombes.
Mais, plus loin, qui sait plus loin ?
Une fillette chante à reculons
et règne la nuit sur les arbres,
bergère au milieu des moutons.
Arrachez la soif au grain de sel
qu’aucune boisson ne désaltère.
Avec les pierres, un monde se ronge
d’être, comme moi, de nulle part.

*

I’m looking for
a man I don’t know,
who’s never been more myself
than since I started to look for him.
Does he have my eyes, my hands
and all those thoughts like
flotsam of time?
Season of a thousand wrecks,
the sea no longer a sea,
but an icy watery grave.
Yet farther on, who knows how it goes on?
A little girl sings backward
and nightly reigns over trees
a shepherdess among her sheep.
Let us wrench thirst from the grain
of salt no drink can quench.
Along with the stones, a whole world eats
its heart out, being
from nowhere, like me.

***

Edmond Jabès (1912-1991)Chansons pour le repas de l’ogre (Seghers, 1947) – Translated by Rosmarie Waldrop.

~ par schabrieres sur septembre 28, 2013.

5 Réponses to “Edmond Jabès – Chanson de l’étranger”

  1. Un texte poétique d’une telle richesse sur le plan des idées qu’il en est presque déstabilisant: depuis l’exil comme privation d’un lieu propre pour un individu ou un peuple, en passant par l’exil de la conscience de soi qui ne peut coïncider avec elle-même qu’en se projetant elle aussi au-delà de son lieu propre, jusqu’à cet exil de la conscience qui se fuit sans cesse, les pistes de réflexion sont nombreuses.
    Peut-être une idée peut-elle réunir quelques routes? Celle de l’achèvement de la quête.
    Espérons alors que l’aboutissement ne signifie pas pour autant la fin du cheminement; et que la quête porte en elle toutes les formes de l’altérité pacifique et pacifiée.

    J'aime

    • Jabès semble se questionner sur son identité à travers la recherche d’un alter ego, un autre soi-même, ne fuyant l’autre que pour être lui-même.
      Est-on soi-même ? Un être social ou un être sentimental ? Pourquoi est-on insatisfait de n’être que soi-même et d’être étranger au monde et à la vie ?
      La poésie est la preuve que la vie ne suffit pas.

      J'aime

  2. L’enfant commence à dire « Je » lorsqu’il a compris la différence entre son « moi » et cette altérité fondamentale constituée par le monde, c’est-à-dire lorsqu’il fait une distinction entre lui et tout ce qui n’est pas lui.
    Notre « Je » se constitue progressivement au fil de nos rencontres et je ne parle pas seulement de la rencontre avec d’autres « Je » c’est-à-dire Autrui, mais de toutes les formes de l’altérité; et les livres, la poésie en font évidemment partie.
    Et puis, mais cela n’a rien d’une pensée positive qui serait étayée par un discours psychanalytique par exemple, je crois que dans notre construction psychique, il vient un moment où nous ne « subissons » plus le monde, mais nous devenons capables, après l’avoir éprouvé, expérimenté, d’y faire des choix.
    Nous allons par exemple, rechercher tout ce qui nous rend heureux: pour les uns cela sera faire du foot, accumuler des richesses, briller en politique…
    Et pour d’autres, le bonheur aura le visage de quelques alter ego qui, bien loin des biens matériels, partagent la beauté, ou encore la spiritualité.

    Se sentir vivant est bien différent d’être seulement en vie, ou de vivre en société.
    On peut se sentir vivant par exemple, vibrer véritablement, en choisissant d’être cet être sentimental qui ne dérive plus de façon indifférente dans le monde, mais qui y établit quelques refuges en vue de cultiver l’amitié et la beauté par exemple.
    Nous pouvons donc aussi choisir de devenir des êtres qui tendent vers l’esthétique, cultivant l’art tout autant que l’art de vivre. Ainsi tout un monde nous redevient-il comme étrangement familier: et nous coïncidons alors avec nous-mêmes et cette partie du monde dans laquelle nous sommes simplement heureux, au sens du bonheur antique, c’est-à-dire, cette sensation de bien-être.
    Mais évidemment, tout ce développement n’est qu’un point de vue subjectif qui repose davantage sur les lectures de Lucrèce ou d’ Epicure que sur celles de Freud.
    Bonne soirée.

    J'aime

    • Excellent et très juste commentaire qui m’a touché au plus profond. Je fais définitivement partie des « êtres sentimentaux » et spirituels qui cherchent désespérément la beauté en ce monde hostile.
      Je suis du côté des esthètes qui sont dans la quête quotidienne du bonheur au sens épicurien du terme. Mais la tâche n’est pas facile car la société nous tire constamment vers le bas. Bonne journée

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :