Omar Khayyâm – Poème

Un peu de pain,
un peu d’eau fraîche,
l’ombre d’un arbre, et tes yeux!
Aucun sultan n’est plus heureux que moi.
Aucun mendiant n’est plus triste.

*

A little bread
Some spring water,
A tree shadow and your eyes!
No sultan is happier than I,
No beggar is more depressed.

***

Omar Khayyām (1048-1131)Les Rubâ’iyât (Seghers, 1982) – Traduit du persan par Jean-Baptiste Nicolas et adapté par Jean-Paul Vibert et Pierre Seghers.

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 26, 2013.

2 Réponses to “Omar Khayyâm – Poème”

  1. one of the greatest poets ever

    Aimé par 1 personne

  2. Il y a des jours ou les petits coeurs ne suffisent pas

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

%d blogueurs aiment cette page :