Anne Perrier – Ce n’est pas… (1986)

Ce n’est pas
Au moment de mourir tous les cris
Déchirants de la terre que j’emporterai
Toutes les larmes non
Mais ce rire d’enfant comme un chevreuil
Qui traverse la foudre.

*

It is not
When I die
All earth’s heartbreaking cries
That I will carry along
All tears – no
But this deerlike childish laugh
Passing through the lightning.

***

Anne Perrier (née 1922 à Lausanne)La voie nomade (1986)

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 7, 2013.

3 Réponses to “Anne Perrier – Ce n’est pas… (1986)”

  1. Ce poème a tout l’air de naître d’un consentement à la mort, pour reprendre l’expression de Charles Juliet dans son poème précédent sur le site.
    Il y a une erreur de copie au début du poème, ce ne pas au lieu de ce n’est pas.

    J'aime

  2. It is not
    When I die
    All earth’s heartbreaking cries
    That I will carry along
    All tears - no
    But this deerlike childish laugh
    Passing through the lightning.

    J'aime

  3. Quand je serai trop vieux
    pour abattre dans la poussière les dieux
    tous les dieux
    j’irai dans la profonde forêt
    mourir dignement comme un loup de rage aux sombres cauchemars
    j’irai mourir comme un arbre foudroyé
    quand je serai trop âgé
    Épouse et enfants ne pourront plus m’empêcher
    car je suis de la race
    de ceux qui désespérément
    jettent des cailloux en direction des astres
    Au nom de l’intolérable, au nom de la fée.

    André LAUDE, Comme une blessure rapprochée du soleil

    Ne comptez par sur moi
    je ne reviendrai jamais
    Je siège déjà là-haut
    parmi les Élus
    Près des astres froids
    Ce que je quitte n’a pas de nom
    Ce qui m’attends n’en a pas non plus
    Du sombre au sombre j’ai fait
    un chemin de pèlerin.
    Je m’éloigne totalement sans voix
    Le vécu mille et mille fois m’a brisé, vaincu.
    Moi le fils des Rois.

    André LAUDE, Dernier poème, je l’ai trouvé dans « œuvre poétique » aux éditions de la différence. Ce poème a servi de faire – part à ses obsèques.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :