Lars Gustafsson – Le silence du monde avant Bach (Världens tystnad före Bach, 1982)

Il doit avoir existé un monde avant
la Sonate en ré, un monde avant la Partita en la mineur,
mais quel monde était-ce ?
Une Europe des grands espaces vides sans écho,
pleine d’instruments incultes
où l’Offrande musicale, le Clavecin bien tempéré
n’avaient encore couru sur aucun clavier.
Des églises isolées
où la voix de soprano de la Passion selon saint Matthieu
n’était jamais montée dans un amour sans recours
autour des plus doux accents de la flûte,
de doux et vastes paysages
où l’on ne peut entendre que les haches de vieux bûcherons
l’allègre aboiement de puissants chiens en hiver
et – comme des cloches au loin – des patins sur la glace brillante :
les hirondelles qui fendent l’air d’été en sifflant
le coquillage que l’enfant aux écoutes colle à son oreille
et nulle part Bach nulle part Bach
le silence des patins sur la glace du monde avant Bach.

*

There must have been a world before
the Trio Sonata in D, a world before the A minor partita,
but what kind of a world?
A Europe of vast empty spaces, unresounding,
everywhere unawakened instruments
where the Musical Offering, the Well-Tempered Clavier
never passed across the keys.
Isolated churches
where the soprano line of the Passion
never in helpless love twined round
the gentler movements of the flute,
broad soft landscapes
where nothing breaks the stillness
but old woodcutters’ axes
the healthy barking of strong dogs in winter
and, like a bell, skates biting into fresh ice;
the swallows whirring through summer air,
the shell resounding at the child’s ear
and nowhere Bach nowhere Bach
the world in a skater’s stillness before Bach.

***

Lars Gustafsson (né en 1936 à Västerås, Suède)Le silence du monde avant Bach (Världens tystnad före Bach, 1982) – Traduit du suédois par l’auteur et Guillevic – Translated by Philip Martin.

~ par schabrieres sur décembre 9, 2013.

5 Réponses to “Lars Gustafsson – Le silence du monde avant Bach (Världens tystnad före Bach, 1982)”

  1. Avant Bach, il y a tout ce qui n’était pas Bach et qui a permis Bach.
    Et puis encore avant il y a eu la musique harmonique de Pythagore; et encore avant les traces des instruments de musique dans les grottes de l’homme de néandertal.
    Et puis avant l’homme, il y avait la musique de la terre, le bruit du vent dans les arbres, de l’eau coulant dans les rivières.
    Tout est musique, en puissance.
    Mais quand même, Bach, c’est du génie en acte, et en ce moment j’écoute beaucoup ses largos: http://www.youtube.com/watch?v=dYteXS21wVQ

    Très beau poème; j’ai lu que son auteur appartient au parti pirate… 🙂

    J'aime

  2. « Sans Bach, la théologie serait dépourvue d’objet, la Création fictive, le néant péremptoire. S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu. »
    (Emile – Michel Cioran / 1911-1995 / Syllogismes de l’amertume / 1952)

    J'aime

  3. « Pop music may have the beat, but Bach has the soul »
    C’est de Bukowski, ça conforterait l’auteur du poème et Cioran et en plus ça sonne.

    J'aime

    • Démonstration ;

      J.S Bach, La passion selon Saint Jean. À écouter de préférence ce jour pour être dans le mouv´. Je vous rappelle qu’on est vendredi 18 Avril, vendredi saint.
      Si vous avez des madriers à déplacer, profitez-en, vous vivrez plus intensément la musique.

      http://m.youtube.com/watch?v=KwY3STY0eD8

      On peut aussi se faire plaisir avec pop music, la chorégraphie est facile, on risque moins de se faire mal au dos.

      http://m.youtube.com/watch?v=Avvh5H-EPWU

      Pour moi c’est Pop music, j’ai horreur des phénomènes de mode.

      J'aime

  4. « Je recommande la musique de Mozart et de Bach comme remède au désespoir. Dans sa pureté aérienne, qui atteint parfois une sublime gravité mélancolique, on se sent souvent léger, transparent et angélique; autrefois inconsolables, voilà que vous poussent des ailes qui vous élancent dans un vol serein, accompagné de sourires discrets et voilés, dans une éternité de charme évanescent et de transparences douces et caressantes comme si on évoluait dans un monde de résonances transcendentales et paradisiaques. Tout homme a en puissance quelque chose d’angélique, ne serait-ce que le regret d’une telle pureté et l’aspiration à la sérénité éternelle. La musique réveille le regret de ne pas être ce qu’il aurait fallu, mais sa magie nous charme un instant en nous transportant dans notre monde idéal ; celui où il aurait fallu vivre. Après les fausses notes démentes de notre être, un désir de pureté angélique nous saisit, et nous fait espérer rejoindre le rêve de transcendance et de quiétude, loin du monde, naviguant dans un vol cosmique, les ailes étendues vers de vastes lointains et l’envie me prend d’étreindre les cieux qui ne me furent jamais ouverts.  »

    L’écriture de Cioran est d’une « Sublime gravité mélancolique ». Quel choc !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

%d blogueurs aiment cette page :