Marc Baron – Poème (2005)

Donne-moi de l’eau pure
Un cours d’eau libre et confiant
Qui me traversera le corps
Et lavera l’affront que j’ai fait à ma vie
J’ai trahi le soleil et la pluie
L’amour le désamour
Et les moments de doute je les ai gaspillés
Sans y prendre des forces pour aimer
Pour ouvrir et apprendre

Donne-moi de l’eau pure
Et parle-moi de la limpidité

***

Marc Baron (né en 1946)Donne-moi de l’eau pure (2005) – 7 juillet 2002

Publicités

~ par schabrieres sur février 21, 2014.

2 Réponses to “Marc Baron – Poème (2005)”

  1. À en croire Aragon pour trouver de l’eau pure, Marc, il fallait suivre le gars en blanc ;

    Grenade 1581
    En l’an quinze cent quatre vingt et un suivant le soleil du Christ marchant sur sa quarantième année
    Aux cavernes des Égyptiens paraît un homme au dessous de la moyenne en son capuce blanc
    Au Couvent des Martyrs nouveau prieur des Carmes
    Pour apaiser la soif dévorante du Seigneur chez ses fiancées
    Qui fait de l’Alhambra construire un aqueduc
    Il porte dans ses yeux la vision céleste et vient achever ici ce cantique à Tolède entrepris dans la prison Gocémonos Amado familiarité de l’Âme envers Dieu son amant
    Jouissons mon bien-aimé puis allons voir en ta beauté
    Le mont et la colline d’où l’eau pure jaillît

    Le fou d’Elsa

    Le petit nom du guide était Jeannot, il a fait des émules à qui il a transmis le bon plan pour l’eau pure. Il était pas « comme ça » Jeannot, toujours à vouloir rendre service !

    http://www.carmel.asso.fr/Chants-entre-l-ame-et-l-Epoux.html

    Pour ce qui est de parler de la limpidité, il s’avait faire aussi, sur le même site on trouve certains de ses poèmes commentés. Dis-moi par exemple si tu ne trouves pas ça limpide ;

    Quand tu me regardais
    Tes yeux venaient graver ta grâce en moi
    C’est pourquoi tu m’aimais
    Et les miens avaient droit
    D’adorer tout ce qu’ils voyaient en toi.

    Moi, ça me renverse.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci de nous désaltérer à cette source poétique qui coule limpide au fil de vos mots. F

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

%d blogueurs aiment cette page :