Jean-François Mathé – Pour que nous frôle la beauté de vivre…

Jean-François Mathépour que nous frôle la beauté de vivre
il suffit d’être attentif
à ce qui ne déborde pas du jardin
petits bruits odeurs d’herbe
merle qui joue
avec l’œil du chat
comme avec le feu

venu de loin le vent
replie l’ailleurs sur l’ici
dans une même transparence
qui dure sans trembler
comme l’eau dans le verre

à ceux qui passent
un salut silencieux
et merci de ne rien emporter

***

Jean-François Mathé (né en 1950)Le temps par moments (1999)

~ par schabrieres sur juillet 5, 2014.

9 Réponses to “Jean-François Mathé – Pour que nous frôle la beauté de vivre…”

  1. Encore un poème qui tombe à pic comme l’homme d’une série Tv. Hier je me suis rendu chez un de ces poètes qui trouvent la beauté où on ne l’attends pas toujours, chez son voisin paysan par exemple qui n’avait qu’une vache et qui a été contraint de la faire abattre étant devenue douloureuse à force d’être veille. En une dizaine de clichés, quelques commentaires et un choix de musique particulièrement judicieux, il nous fait vivre à travers un diaporama toute l’émotion de ce moment assez banal au premier abord. Il nous montre ce que nous ne voyons pas, parce que nous ne sommes pas suffisamment attentifs aux petites choses dont parle justement ce poème. Là il s’agit de l’expression d’un visage, d’une manière de porter sa tête, de se tenir assis… et l’émotion apparaît, nous réalisons qu’il se joue un drame pour cet homme, qu’une fois l’animal dans la remorque qui l’emmène à l’abattoir plus rien ne sera pour lui comme avant. C’est beau comme une peinture de Manet représentant une scène de la vie paysanne sauf que ça n’est pas de la peinture, ça n’est même pas seulement de la photographie, c’est de la photographie accompagnée de mots sur un fond musical. Qu’est ce que j’ai pu me faire chier devant des diaporamas mais là je m’en suis enfiler trois dans l’après-midi. L’autre portait sur des photographies de pierres qui se trouvent dans une carrière à quelques coups de pédales de chez lui où il a passé plus de trente ans à dénicher des merveilles d’images, s’y rendant selon la lumière parfois plusieurs fois dans la journée. Pour la petite histoire les pierres qu’il photographiait étaient destinées à servir de soubassement aux routes… Il ne peut plus maintenant allé les photographier le poète à cause de la vieillesse mais il s’en fout Prosper DIVAY, il a 92 ans mais il ne s’emmerde jamais m’a t’il confié car il continue à faire des diaporamas avec ses images d’archives. Je me suis intéressé à Prosper parce qu’une personne de sa famille qui connaissait mon goût pour la poésie m’a prêté un de ces diaporamas qu’il a consacré à René Guy Cadou. Prosper est un fervent amateur de son œuvre. J’ai mis quinze jour avant de le mettre dans le lecteur DVD, pas du tout emballé par son visionnage mais la veille de le rendre, un peu avec le sentiment de l’obligation par rapport à la personne qui me l’avait confié. Je me suis donc décidé à le regarder en faisant du repassage pour ne pas gaspiller mon temps. J’ai eu vite fait de laisser le linge pour profiter pleinement du travail du poète, j’ai fini par me le repasser (le diaporama, pas le linge !) trois fois en faisant des retours lents avec la télécommande à certains moment car je n’étais pas assez rapide pour prendre note de ce qui m’intéressait. Le truc qui m’a fait décrocher mon téléphone pour lui proposer de nous voir, c’est ces vers qu’il a mis en exergue dans ce diaporama consacré à René Guy Cadou,

    A genoux dans le lit boueux de la journée
    Je racle le sol de mes deux mains
    Comme les chercheurs de beauté

    convaincu qu’avec quelqu’un qui était sensible à ces mots, nous aurions toujours quelque chose à nous dire. L’après-midi même j’étais chez lui à deux heures de bus de chez moi et très peu de mots ont suffit pour nous comprendre, ces trois vers de Cadou ont scellés dès l’entame de notre rencontre notre entente. Il a fait ainsi plusieurs diaporama, je ne saurais dire combien, il semblait en avoir une dizaine dans la pile qu’il a posé sur sa télévision. Je garde en tête les dernières images du dernier qu’il m’ai présenté. Il avait été par hasard près d’une forêt que les flammes ravageaient. Les premières images sont celles de flammes qui dévorent la végétation. Une épaisse fumée noir s’en dégage. C’est un spectacle de désolation. C’est le seul moment dépourvu d’accompagnement musical de tous les diaporamas que j’ai visionné dans l’après-midi. La gravité a soudainement envahie la pièce, les images du carnage ont défilés dans un quasi-silence. Seul après un long moment de silence son commentaire de la vision d’un arbre se consumant sous ses yeux, « Je fus témoin de sa mort. Ce n’était pas un arbre qui mourait. Sur son visage je lus le dernier spasme de souffrance. Croyez-moi ou non, c’est un être humain qui s’éteignait. J’en fut tout bouleversé » puis une petite musique, légère comme le printemps est revenue. Les dernières images qui se sont imprimées dans ma mémoire donc, sont celles de gros plans sur le tronc de cet arbre carbonisé, d’un noir brillant, d’un noir éclatant, étincelant même d’où sortait deux minuscules pouces de fougères d’un vert très tendre. Je crois qu’il a appelé ce chapitre « résurrection ». Il m’a confié avant que je ne parte que sa sensibilité à la beauté allait s’accroissant.

    Le diaporama qu’il prépare porte sur la rivière qui traverse sa ville, l’Oust.

    Ô l’épée nue du fleuve
    Traçant son chemin de lumière
    Dans la fosse noire de la vallée !
    Ô Oust descendant dans la forêt
    des origines !
    La nuit que tu revins fut comme un plein jour !
    Les astres tombaient dans un clapotis d’ailes !
    En partant, tu m’ouvris la porte de la forêt !

    Les nuages roses qui allaient se coucher
    C’était le fond de la vallée qui s’éternisait
    Entre deux rives noires plantées d’arbres !

    Oh ! ma rivière d’Oust comme tu l’as aimé
    ton voyage !
    Oh ! La couleur des brises circulant
    sur les eaux calmes !
    Oh ! la paix que la lavandière a laissé
    sur les bords du halage
    Après avoir effacée les péchés du monde !

    Prosper DIVAY

    Oh ! qu’il est bon de passer une après-midi à parler poésie.

    J'aime

    • Quelle chance tu as eu de pouvoir parler poésie avec un paysan-poète !
      Je pense comme lui que ma sensibilité à la beauté va s’accroissant.

      J'aime

      • Bonjour Stephane,

        Le poète en question n’était pas paysan mais professeur, c’est son voisin qui l’était, il se dégage de son évocation à travers ce diaporama en cours de fabrication, qu’il avait pour lui un profond respect. Ça m’interpelle cette histoire de sensibilité grandissante à la beauté, c’est d’ailleurs pour ça que l’ai mentionné. Cela fait le deuxième poète que je rencontre depuis un mois, l’autre étant Thomas Vinau et j’ai trouvé ces rencontres très agréables, plus agréable que la lecture d’un poème, aussi bon soit-il, ça donne un goût de reviens-y, j’irai bien à ta rencontre, les vacances arrivent à grand pas.

        J'aime

  2. Pour le poème de Jean-François Mathé, merci, on y voit tant de choses.
    Pour celui de Propser Divay, je revois mon enfance du haut d’une autre jeunesse.

    J'aime

  3. Je suis un ancien élève de Prosper Divay. C’était un professeur hors normes . Il a contribué à forger mon esprit, à me donner l’envie de travailler encore plus, à apprendre d’avantage et à créer. Agé de 75 ans je cherche à me procurer les merveilleux DVD qu’il a produits, car ils sont le reflet de sa personnalité profone. Merci de me dire comment je peux faire.

    J'aime

    • Bonjour,

      Je me ferais un plaisir de vous mettre en contact avec lui. C’est un poète merveilleux, un homme rare d une très grande profondeur effectivement. « Le monde des merveilles », est sont dernier ouvrage. Je me ferais un plaisir de vous transmettre ses coordonnées. Je tente depuis in bon moment déjà de le convaincre de publier largement son oeuvre, beaucoup pourrait y trouver de la quiétude (la beauté est rédemptrice écrit t’ils quelque part) sans succès… Peut-être votre demande va t’elle l’y insister. Je n’ose pas laisser son mail publiquement, merci de me joindre à cette adresse. lacote.vincent@orange.fr

      Cordialement

      J'aime

  4. […] https://schabrieres.wordpress.com/2014/07/05/jean-francois-mathe-poeme-1999/#comment-4687 […]

    J'aime

  5. Bonjour à vous,
    Je suis un petit fils de Prosper Divay.
    Si vous n’avez pu prendre contact avec lui, je vous invite à me contacter par mail également. Une diffusion des diaporama poétique est en cours de réflexion avec le Groupement Culturel Breton du Pays de Redon.
    Cordialement.

    J'aime

  6. Avec un mail c’est mieux:
    guillaume_hallierdivay@hotmail.com

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :