Alain Bosquet – Apostrophe (1994)

Les mouches - AnonymeEt la vie intérieure de la mouche,
y songes-tu, y songes-tu ?
Et la souffrance du silex,
la connais-tu, la connais-tu ?
Et le remords de la cascade,
t’émeut-il, t’émeut-il ?
Et les rêves sanglants de la rosée,
qu’en penses-tu, qu’en penses-tu ?
Et les serments du fleuve,
les tiendras-tu, les tiendras-tu ?
Et le doute, là-haut, de la colline,
que tu confonds avec la neige,
voudras-tu le combattre, voudras-tu ?
Et l’azur qui prépare son suicide,
l’aideras-tu, l’aideras-tu ?
Ton malheur est si pauvre
auprès de leurs malheurs !

***

Alain Bosquet (1919-1998)Demain sans moi (1994)

Advertisements

~ par schabrieres sur octobre 16, 2014.

Une Réponse to “Alain Bosquet – Apostrophe (1994)”

  1. très beau.Gérard de Nerval,lui aussi a écrit »un pur esprit s’accroit sous l’écorce des pierres »Oui, »la Nature est un temple.. »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :