Lambert Schlechter – Aimer, si ce n’est pas grand péril…

A hipstamatic portrait of Luxembourg author Lambert Schlechter by François Beschaimer, si ce n’est pas grand péril
aller jubileusement vers le précipice

aimer, si ce n’est pas risquer le néant
au lieu de ronronner le long des jours

aimer, si ce n’est pas s’abandonner
à la décisive & incandescente menace

aimer, si ce n’est pas quitter la léthargie
pour un éveil éblouissant

l’amour, ça fait autant mourir que vivre

***

Lambert Schlechter (né en 1941 à Luxembourg)

~ par schabrieres sur octobre 19, 2014.

4 Réponses to “Lambert Schlechter – Aimer, si ce n’est pas grand péril…”

  1. Salut à Toi, Vincent,……
    Et à Tous les Autres,….

    Le rêve de l’Enchanteur

    Onirocritique

    Les charbons du ciel étaient si proches que je craignais leur ardeur. Ils étaient sur le point de me brûler. Mais j’avais la conscience des éternités différentes de l’homme et de la femme. Deux animaux dissemblables s’accouplaient et les rosiers provignaient des treilles qu’alourdissaient des grappes de lune. De la gorge du singe, il sortit des flammes qui fleurdelisèrent le monde. Dans les myrtaies, une hermine blanchissait. Nous lui demandâmes la raison du faux hiver. J’avalai des troupeaux basanés. Orkenise (1) parut à l’horizon. Nous nous dirigeâmes vers cette ville en regrettant les vallons où les pommiers chantaient, sifflaient et rugissaient. Mais le chant des champs labourés était merveilleux :

    Par les portes d’Orkenise
    Veut entrer un charretier,
    Par les portes d’Orkenise
    Veut sortir un va-nu-pieds.

    Et les gardes de la ville
    Courant sus au va-nu-pieds :
    «Qu’emportes-tu de la ville ?»
    «J’y laisse mon cœur entier.»

    Et les gardes de la ville
    Courant sus au charretier :
    «Qu’apportes-tu dans la ville ?»
    «Mon cœur pour me marier.»

    Que de cœurs dans Orkenise !
    Les gardes riaient, riaient.
    Va-nu-pieds la route est grise,
    L’amour grise ô charretier.

    Les beaux gardes de la ville,
    Tricotaient superbement;
    Puis, les portes de la ville
    Se fermèrent lentement.

    Mais j’avais la conscience des éternités différentes de l’homme et de la femme. Le ciel allaitait ses pards (2). J’aperçus alors sur ma main des taches cramoisies. Vers le matin, des pirates emmenèrent neuf vaisseaux ancrés dans le port. Les monarques s’égayaient. Et, les femmes ne voulaient pleurer aucun mort. Elles préfèrent les vieux rois, plus forts en amour que les vieux chiens. Un sacrificateur désira être immolé au lieu de la victime. On lui ouvrit le ventre. J’y vis quatre I, quatre O, quatre D (3). On nous servit de la viande fraîche et je grandis subitement après en avoir mangé. Des singes pareils à leurs arbres violaient d’anciens tombeaux. J’appelai une de ces bêtes sur qui poussaient des feuilles de laurier. Elle m’apporta une tête faite d’une seule perle. Je la pris dans mes bras et l’interrogeai après l’avoir menacée de la rejeter dans la mer si elle ne me répondait pas. Cette perle était ignorante et la mer l’engloutit.

    Mais j’avais la conscience des éternités différentes de l’homme et de la femme. Deux animaux dissemblables s’aimaient. Cependant les rois seuls ne mouraient point de ce rire et vingt tailleurs aveugles vinrent dans le but de tailler et de coudre un voile destiné à couvrir la sardoine (4). Je les dirigeai moi-même, à reculons. Vers le soir, les arbres s’envolèrent, les singes devinrent immobiles et je me vis au centuple. La troupe que j’étais s’assit au bord de la mer. De grands vaisseaux d’or passaient à l’horizon. Et quand la nuit fut complète, cent flammes vinrent à ma rencontre. Je procréai cent enfants mâles dont les nourrices furent la lune et la colline. Ils aimèrent les rois désossés que l’on agitait sur les balcons. Arrivé au bord d’un fleuve, je le (5) pris à deux mains et le brandis. Cette épée me désaltéra. Et la source languissante m’avertit que si j’arrêtais le soleil je le verrais carré, en réalité. Centuplé, je nageai vers un archipel. Cent matelots m’accueillirent et m’ayant mené dans un palais, ils m’y tuèrent quatre-vingt-dix-neuf fois. J’éclatai de rire à ce moment et dansai tandis qu’ils pleuraient. Je dansai à quatre pattes. Les matelots n’osaient plus bouger, car j’avais l’aspect effrayant du lion…

    À quatre pattes, à quatre pattes.

    Mes bras, mes jambes se ressemblaient et mes yeux multipliés me couronnaient attentivement. Je me relevai ensuite pour danser comme les mains et les feuilles.

    J’étais ganté. Les insulaires m’emmenèrent dans leurs vergers pour que je cueillisse des fruits semblables à des femmes. Et l’île, à la dérive, alla combler un golfe où du sable aussitôt poussèrent des arbres rouges. Une bête molle couverte de plumes blanches chantait ineffablement et tout un peuple l’admirait sans se lasser. Je retrouvai sur le sol la tête faite d’une seule perle et qui pleurait. Je brandis le fleuve et la foule se dispersa. Des vieillards mangeaient l’ache (6) et immortels ne souffraient pas plus que les morts. Je me sentis libre, libre comme une fleur en sa saison. Le soleil n’est pas plus libre qu’un fruit mûr. Un troupeau d’arbres broutait les étoiles invisibles et l’aurore donnait la main à la tempête. Dans les myrtaies, on subissait l’influence de l’ombre. Tout un peuple entassé dans un pressoir saignait en chantant. Des hommes naquirent de la liqueur qui coulait du pressoir. Ils brandissaient d’autres fleuves qui s’entrechoquaient avec un bruit argentin. Les ombres sortirent des myrtaies et s’en allèrent dans les jardinets qu’arrosait un surgeon d’yeux d’hommes et de bêtes. Le plus beau des hommes me prit à la gorge, mais je parvins à le terrasser. À genoux, il me montra les dents. Je les touchai; il en sortit des sons qui se changèrent en serpents de la couleur des châtaignes et leur langue s’appelait Sainte-Fabeau. Ils déterrèrent une racine transparente et en mangèrent. Elle était de la grosseur d’une rave. Et mon fleuve au repos les surbaigna sans les noyer. Le ciel était plein de fèces et d’oignons. Je maudissais les astres indignes dont la clarté coulait sur la terre. Nulle créature vivante n’apparaissait plus. Mais des chants s’élevaient de toutes parts. Je visitai des villes vides et des chaumières abandonnées. Je ramassai les couronnes de tous les rois et en fis le ministre immobile du monde loquace. Des vaisseaux d’or, sans matelots, passaient à l’horizon. Des ombres gigantesques se profilaient sur les voiles lointaines. Plusieurs siècles me séparaient de ces ombres. Je me désespérai. Mais, j’avais la conscience des éternités différentes de l’homme et de la femme. Des ombres dissemblables assombrissaient de leur amour l’écarlate des voilures, tandis que mes yeux se multipliaient dans les fleuves, dans les villes et dans la neige des montagnes.

    Jean-Pierre.

    J'aime

  2. P.S:

    Le poème n’ est pas de moi!,….
    Le titre en est le signifiant!
    Le Référent est : Guillaume Apollinaire!

    J'aime

  3. commençons à nous faire plaisir avec ce texte d’un des plus grands…

    (Ce poème que j’ai lu et relu quand j’étais adolescent est pour moi une fondation en poésie)

    ALLEZ DIRE A LA VILLE

    Terre dure de dunes et de pluies
    c’est ici que je loge
    cherchez, vous ne me trouverez pas
    c’est ici, c’est ici que les lézards
    réinventent les menhirs
    c’est ici que je m’invente
    j’ai l’âge des légendes
    j’ai deux mille ans
    vous ne pouvez pas me connaître
    je demeure dans la voix des bardes
    0 rebelles, mes frères
    dans les mares les méduses assassinent les algues
    on ne s’invente jamais qu’au fond des querelles

    Allez dire à la ville
    que je ne reviendrai pas
    dans mes racines je demeure
    Allez dire à la ville qu’à Raguénuès et Kersidan
    la mer conteste la rive
    que les chardons accrochent la chair des enfants
    que l’auroch bleu des marées
    défonce le front des brandes

    Allez dire à la ville
    que c’est ici que je perdure
    roulé aux temps anciens
    des misaines et des haubans
    Allez dire à la ville
    que je ne reviendrai pas

    Poètes et forbans ont même masure
    les chaumes sont pleins de trésors et de rats
    on ne reçoit ici que ceux qui sont en règle avec leur âme sans l’être avec la loi
    les amis des grands vents
    et les oiseaux perdus
    Allez dire la ville
    que je ne reviendrai pas

    Terre dure de dunes et de pluies
    pierres levées sur l’épiphanie des maïs
    chemins tordus comme des croix
    Cornouaille
    tous les chemins vont à la mer
    entre les songes des tamaris
    les paradis gisent au large
    Aven
    Eden
    ria des passeraux
    on met le cap sur la lampe des auberges
    les soirs sont bleus sur les ardoises de Kerdruc
    O pays du sel et du lait
    Allez dire à la ville
    Que c’en est fini
    je ne reviendrai pas
    Le Verbe s’est fait voile et varech
    bruyère et chapelle
    rivage des Gaëls
    en toi, je demeure.

    Allez dire à la ville
    Je ne reviendrai pas.

    XAVIER GRALL

    Il sera Encore Parmi Nous, à Moëllan/Mer, Le 5 Mars 2015, Avec Gilles Servat,
    JPierre

    J'aime

  4. « Les hommes qui ne savent pas faire l’amour, font la guerre » parole extrait du film Singué Sabour (La pierre de patience) de Atik Rahimi.

    L’amour et la haine.
    Vivre et mourir…
    L’un fait vivre l’autre.
    L’autre fait vivre l’un…
    On est pas sorti de cette magnifique et horrible auberge!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :