Lambert Schlechter – Obliques rayons… (2014)

Caspar David Friedrich - Deux hommes au crépuscule (1835)obliques rayons du crépuscule
irradient sur collines et vallons

jeux d’ombre et de lumière
élémentaire mélancolie de l’existence

tout compte et rien n’importe
j’existe le monde existe tout est insensé

et tout est merveilleux
la vie est démesurément belle

et la mort est immensément là

***

Lambert Schlechter (né en 1941 à Luxembourg)Je est un pronom sans conséquence (2014)

~ par schabrieres sur décembre 31, 2014.

6 Réponses to “Lambert Schlechter – Obliques rayons… (2014)”

  1. Le Silence

    « Timide fantôme en toile d’araignée, qui donc es-tu ?»

    Dut faire, le fantôme, un signe à quelque brise t’aventure, car je lus sur la nuque des luzernes:

    «Je suis le Refuge des corps étourdis par la besogne de la Vie.

    *

    – « Discret fantôme en toile d’araignée, qui donc es-tu ? »

    Dut faire, le fantôme, un signe à quelque rai de lune, car je lus sur la mare aux libellules: .

    – «Je suis la Consolation des âmes frustrées pat le salaire de la Vie.

    *

    – « Étrange fantôme en toile d’araignée, qui donc es-tu?>)

    Dut faire, le fantôme, un signe à quelque chauve- souris, car je lus sur la sublime ardoise du sommeil:

    – «Je suis l’Excuse de la Mort et je me nomme le Silence. »

    Aphorismes

    Le soleil monte faire téter la vie.

    Le Temps récite le rosaire du soleil.

    Mais il y a des justices futures !

    Que tout meurt hormis l’œuvre, poète, et qu’il t’importe de sculpter la Forme à mettre sur ta pourriture à la merci des vents futurs, si tu ne veux mourir totalement à la Nature.

    La joie de vivre est toujours ça de pris sur l’immortalité.

    Le droit de l’artiste consiste à défaire le monde et son devoir à le refaire.

    S’atteindre pour atteindre les autres.

    Ne croire à rien c’est croire à quelque chose qui n’existe pas.

    L’amitié c’est se couper en deux sans se faire mal.

    L’enfant est une invention d’avant les miroirs.

    Une nation, c’est une solitude qui a réussi : les enfants.

    Une religion, c’est encore une solitude qui a réussi : les idées.

    La solitude fait de la foule, la foule fait de la solitude.

    Dans la foule on s’évite dans les autres, dans la solitude on se cherche dans soi.

    Se trouver, problème, et se trouver c’est se trouver dans tous les autres, car, vu de très loin ou de très haut, on n’est qu’un : comme il n’ya qu’une fourmi, qu’un chien, qu’une poule, qu’un coq, il n’y a qu’un homme. Tous les autres gravitent dans ma tête et dans mon sang.

    Le dévouement consiste à projeter son cœur dans la poitrine du prochain désemparé, le temps de rendre celui-ci plus fort ou bien meilleur. Le dévouement c’est la transfusion de l’âme.

    Lumière : vitesse qui nous éclaire.

    Le sourire évoque une petite fenêtre de l’âme qui s’ouvre.

    Imagination, n’est-tu pas la moisson précédant les semailles ?

    Tous les hommes, je les considère comme soit mes reflets, soit mes ombres ; le revers de cet orgueil serait que chacun d’eux me prît pour un de ses reflets ou une de ses ombres.

    Successivement, les ancêtres se sont noyés dans le sang familial, les veines de leur postérité les charrient, et nous percevons leurs cadavres livides sur les plages intermittentes de notre conscience.

    A parler cru, je ne m’em… jamais seul.

    Dieu non plus.

    Nous sommes au moins deux.

    Aimé par 1 personne

  2. à, et de Saint-Pol Roux, poète assassiné, à Brest, en 1940

    Aimé par 1 personne

  3. Ce poème est vraiment magnifique, merci Stéphane pour le partage de la beauté.

    Aimé par 1 personne

  4. Merci à vous Antigone d’apprécier la beauté, souvent « foulée aux pieds par ce siècle barbare », comme le dit Anne Perrier. Bonne année à vous.

    J'aime

  5. Bonne année à vous aussi Stéphane 🙂

    J'aime

  6. Tres belle définition sade la vie…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Art

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

"Si tu ne vas pas dans les bois, jamais rien n'arrivera, jamais ta vie ne commencera, va dans les bois, va."

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature Portes Ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :