Charles Simic – Chère Helen (Dear Helen, 1986)

Charles SimicIl y a une chose dans le monde
Qu’on appelle concombre de mer.
Je ne connais rien à son sujet.
Ça a juste l’air froid et salé.
Je pense qu’une salade de ces concombres
Serait parfaite aujourd’hui.
Mais il me faudrait plonger pour en attraper
Dans les profondeurs traîtresses
Tandis que tu éminces l’ail
Et sirotes le vin blanc
Dans lequel tombe la nuit.
Je devrais être de retour bientôt
Avec ces beaux légumes verts
Provenant de la mer infestée de requins.

*

There’s a thing in the world
Called a sea cucumber.
I know nothing about it.
It just sounds cold and salty.
I think a salad of such cukes
Would be fine today.
I would have to dive for it, though,
Deep into the treacherous depths
While you mince the garlic
And sip the white wine
Into which the night is falling.
I should be back soon
With those lovely green vegetables
Out of the shark-infested sea.

***

Charles Simic (né en 1938)Unending Blues (1986) – Traduit de l’anglais par Stéphane Chabrières

Publicités

~ par schabrieres sur avril 15, 2015.

Une Réponse to “Charles Simic – Chère Helen (Dear Helen, 1986)”

  1. Et donc ….. dois-je trembler de peur?
    Restez chez vous monsieur le poète, faites vos propres salades ou olives, je ne sais plus à force.
    Jamais des frustrations immatures n’ont empêché émancipation, joie de lire et d’écrire, y compris pour les femmes, et y compris pour celles qui fuient les chapelles de l’esprit ou l’esprit de chapelle. Je suis l’une de ces voix.
    Avalez votre fierté et digérez donc un peu de droit à la contradiction: cela s’appelle la liberté d’expression, et elle n’est pas à sens unique.
    C’est étrange de retarder à ce point, je croyais, si je me souviens bien, que vous pensiez que les poètes sont des visionnaires.
    Où est la marche avant?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

%d blogueurs aiment cette page :