Alberto Nessi – La lumière (La luce, 1992)

Alberto NessiJe connais la lumière de quand le ciel s’efface
pour faire place à une ombre qui dit : la douleur
existe. C’est ta lumière à présent, en ces jours
où les vitrines resplendissent inutiles
sur des monstres chamarrés de guirlandes
des pains d’épices des sourires perdus.
L’obscurité soudain remplit tes yeux.
Qui te protègera des tristes marchandises
du vide qui se cache derrière les visages
rencontrés dans la rue ? Est-ce un Christ
qui vaincra, un ami, un mot vrai

la bêtise ?

*

Conosco la luce di quando l’azzurro cede
ad un’ombra che dice: c’è, il dolore.
È, ora, la tua luce, in questi giorni
che vetrine splendono inutili
sopra mostri inghirlandati
pani di spezie sorrisi perduti.
D’improvviso s’oscurano i tuoi occhi.
Chi ti difenderà dalla merce triste
dal vuoto che nascondono le facce
incontrate per strada? Vincerà un Cristo,
un amico, una parola vera,

la stupidità?

***

Alberto Nessi (né Mendrisio, Suisse en 1940)La couleur de la mauve (Il colore della malva, 1992) – Traduit de l’italien par Christian Viredaz et Jean-Baptiste Para.

Publicités

~ par schabrieres sur avril 20, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :