Harold Pinter – Spectre (Ghost, 1983)

Harold PinterJe sentis des doigts mous à ma gorge
Quelqu’un semblait-il m’étranglait

Lèvres aussi dures qu’elles étaient suaves
Quelqu’un semblait-il m’embrassait

Mes os vibrants prêts à craquer
J’étais béant dans les yeux de l’autre

Je vis un visage et le reconnus
Visage aussi doux qu’il était sinistre

Il ne souriait pas et il ne pleurait pas
Larges étaient ses yeux et sa peau était blanche

Je ne souriais pas et je ne pleurais pas
Je levai ma main et caressai sa joue

*

I felt soft fingers at my throat
It seemed someone was strangling me

The lips were hard as they were sweet
It seemed someone was kissing me

My vital bones about to crack
I gaped into another’s eyes

I saw it was a face I knew
A face as sweet as it was grim

It did not smile it did not week
Its eyes were wide and white its skin

I did not smile I did not weep
I raised my hand touched its cheek

***

Harold Pinter (1930-2008)

Publicités

~ par schabrieres sur avril 22, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :