Fernando Pessoa – Je commence à me connaître…

Fernando Pessoa - Photo de Vitorino BragaJe commence à me connaître. Je n’existe pas.
Je suis l’intervalle entre ce que je voudrais être et ce que de moi ont fait les autres,
Ou la moitié de cet intervalle, car il y a la vie aussi…
C’est cela que je suis, enfin…
Eteins la lumière, ferme la porte, et fais cesser ces bruits de savates dans le couloir.
Que je reste seul dans ma chambre avec un grand apaisement intérieur.
C’est un univers de pacotille.

*

Começo a conhecer-me. Não existo.
Sou o intervalo entre o que desejo ser e os outros me fizeram,
Ou metade desse intervalo, porque também há vida…
Sou isso, enfim…
Apague a luz, feche a porta e deixe de ter barulho de chinelas no corredor.
Fique eu no quarto só com o grande sossego de mim mesmo.
É um universo barato.

*

I begin to know myself. I don’t exist.
I am the interval between the desire to be and what others have done of me,
or half of this interval, because there is also life…
I’m that, so…
Turn off the light, close the door and stop having noises of slippers in the hallway.
I just stay in the room with the great ease of myself.
It is a cheap universe.

***

Fernando Pessoa (Lisbonne, Portugal 1888-1935) (Álvaro de Campos)

Publicités

~ par schabrieres sur avril 25, 2015.

2 Réponses to “Fernando Pessoa – Je commence à me connaître…”

  1. Quand on sait la multiplicité, une quinzaine je crois, de pseudonymes qu’a utilisé Pessoa pour écrire pendant longtemps,avant d’aboutir à une vraie unification de sa personne, le texte est encore plus fort…

    J'aime

  2. … avec un grand apaisement intérieur…

    Pas seul, alors.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :