Linda Pastan – Poème d’amour (Love Poem, 1988)

Linda PastanJe veux t’écrire
un poème d’amour aussi impétueux
que notre ruisseau
après le dégel
tandis que nous nous tenons
sur ses rives
dangereuses et le regardons emporter
avec lui chaque brindille
chaque feuille sèche et chaque branche
sur son passage
chaque scrupule
quand nous le voyons
si gonflé
par les eaux de ruissellement
que tout en l’observant
nous devons nous tenir
l’un l’autre
et faire un pas en arrière
nous devons nous tenir
l’un l’autre ou
avoir nos chaussures
trempées nous devons
nous tenir l’un l’autre

*

I want to write you
a love poem as headlong
as our creek
after thaw
when we stand
on its dangerous
banks and watch it carry
with it every twig
every dry leaf and branch
in its path
every scruple
when we see it
so swollen
with runoff
that even as we watch
we must grab
each other
and step back
we must grab each
other or
get our shoes
soaked we must
grab each other

***

Linda Pastan (née à New York en 1932)The Imperfect Paradise (1988) – Traduit de l’anglais par Stéphane Chabrières

Publicités

~ par schabrieres sur mai 2, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :