Paul Celan – Rapport d’été (Sommerbericht, 1959)

Paul CelanLe tapis de thym sur lequel
on ne marche plus, qu’on contourne.
Une ligne vide placée en travers
sur la bruyère des marais.
Néant porté dans les bris de vent.

Quelques rencontres, de nouveau, avec
des mots isolés, comme :
éboulement, herbes dures, temps.

*

No longer crossed, the carpet of thyme
is bypassed instead.
A blank line beaten
through the heather.
No windfall in the storm swath.

Encounters once again with
scattered words, like
riprap, scrubgrass, time.

*

Der nicht mehr beschrittene, der
umgangene Thymianteppich.
Eine Leerzeile, quer
durch die Glockenheide gelegt.
Nichts in den Windbruch getragen.

Wieder Begegnungen mit
vereinzelten Worten wie:
Steinschlag, Hartgräser, Zeit.

***

Paul Celan (1920-1970)Grille de parole (Sprachgitter, 1959) – Traduit de l’allemand par Martine Broda – « Summer Report » translated by Nikolai Popov & Heather McHugh

Publicités

~ par schabrieres sur juin 19, 2015.

3 Réponses to “Paul Celan – Rapport d’été (Sommerbericht, 1959)”

  1. Arte vient de diffuser ce reportage sur Paul Celan

    https://m.youtube.com/watch?v=C4oo1kg8Ta8

    Aimé par 1 personne

  2. Les dernières images du documentaire, il récite ce poème,

    « Au-dessus du désert gris-noir.
    Une pensée haute comme un arbre
    accroche le son de lumière : il y a
    encore des chants à chanter au-delà
    des hommes. »

    Aimé par 1 personne

    • Souvenir de Paul Celan

      « Ce jour-là. Le dernier. Paul Celan chez moi. Assis à cette place que mes yeux, en cet instant, fixent longuement.

      Paroles, dans la proximité, échangées. Sa voix ? Douce, la plupart du temps. Et, cependant, ce n’est pas elle, aujourd’hui, que j’entends mais le silence. Ce n’est pas lui que je vois mais le vide, peut-être parce que, ce jour-là, nous avions l’un et l’autre, sans le savoir, fait le tour cruel de nous-mêmes. »

      Edmond Jabès

      Dans la double dépendance du dit — Le livre des marges II

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :