Linda Pastan – L’arithmétique de l’alternance (The Arithmetic of Alternation, 1995)

Linda Pastanaujourd’hui j’écris
sur les ombres
que font les fleurs
sur un mur blanc,
la texture des pétales
et des feuilles semblables à un braille plat,
une clarté
même sans couleur

mais demain je dirai
comment le jour le plus chaud
il y a un ourlet de glace
sur les choses, une zone d’ombre
sur le bord
de chaque objet
brillant

c’est l’arithmétique
de l’alternance
la façon qu’ont les heures,
les saisons
de s’organiser,
cela nous permet de rester honnêtes,
cela nous permet de tourner
la page.

*

today I write
of the shadows
flowers make
on a white wall,
the texture of petals
and leaves like a flat Braille,
a brightness
even without color

but tomorrow
I will tell
how on the warmest day
there is an icy edge
to things, a darkness
at the rim
of every shining
object

this is the arithmetic
of alternation,
the way the hours,
the seasons
arrange themselves,
it keeps us honest,
it keeps us turning
the page

***

Linda Pastan (née à New York en 1932)An Early Afterlife (1995) – Traduit de l’anglais par Raymond Farina

Publicités

~ par schabrieres sur juin 23, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :