Friedrich Nietzsche – L’éclair et le pin (1882)

Friedrich NietzscheJ’ai poussé plus haut que l’homme et l’animal,
Et si je parle, – nul ne me parle, à moi.

J’ai poussé trop solitaire et trop haut :
J’attends : qu’est-ce donc encor que j’attends ?

Le siège des nuages est trop près de moi, –
Ce que j’attends, c’est le premier éclair.

*

Pine and Lightning

Over man and animal, I grew too tall;
Now when I speak—no one speaks with me at all.

I grew too high and too lonely —
I wait: on what do I wait only?

Close by, the clouds are sitting:
I wait on the first lightning.

*

Pinie und Blitz

Hoch wuchs ich über Mensch und Tier;
Und sprech’ ich—niemand spricht mit mir.

Zu einsam wuchs ich und zu hoch —
Ich warte: worauf wart’ ich doch?

Zu nah ist mir der Wolken Sitz,—
Ich warte auf den ersten Blitz.

***

Friedrich Nietzsche (1844-1900)Poèmes et fragments poétiques posthumes (1882-1888)

 

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 14, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :