Roberto Juarroz – Au jour le plus beau…

Roberto JuarrozAu jour le plus beau
il manque quelque chose :
son côté obscur.
Il n’y a qu’un dieu myope
qui pourrait trouver belle
la seule lumière.

En même temps que tout Que la lumière soit !
il aurait fallu prononcer
le Que l’ombre soit !

La nuit nécessaire, on ne l’atteint pas
par la seule omission.

*

Al día más hermoso
le falta algo :
su costado oscuro.
Únicamente a un dios miope
podría parecerle bella
sólo la luz.

Junto a cualquier ¡ Hágase la luz !
debió pronunciarse
el ¡ Hágase la sombra !

A la noche necesaria no se llega
sólo por omisión.

*

The most beautiful day
lacks something:
its dark side.
Only to a near-sighted god
could light by itself
appear beautiful.

Beside any Let there be light!,
Let there be darkness!
should also be said.

We don’t arrive
at necessary night by omission only.

***

Roberto Juarroz (1925-1995)Quinzième poésie verticale (Decimoquinta poesía vertical, 2002) – Traduit de l’espagnol par Jacques Ancet – Translated by Mary Crow

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 28, 2015.

2 Réponses to “Roberto Juarroz – Au jour le plus beau…”

  1. Une poésie qui touche au tiers-inclus, et à l’essentiel. MW

    J'aime

  2. que la poésie soit !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :