Tomas Tranströmer – Secrets en chemin (Hemligheter på vägen, 1958)

Tomas TranströmerLa lumière du jour heurta le visage du dormeur.
Il fit un rêve plus agité
mais ne s’éveilla pas.

L’obscurité frappa le visage de celui qui marchait
parmi tous les autres sous les rayons impatients
d’un intense soleil.

Soudain le ciel noircit comme avant une averse.
J’étais dans un lieu renfermant tous les instants –
un musée de lépidoptères.

Pourtant le soleil était aussi fort qu’auparavant.
Ses pinceaux impatients peignaient le monde.

*

Secrets on the Way

Daylight struck the face of a man who slept.
His dream was more vivid
but he did not awake.

Darkness struck the face of a man who walked
among the others in the sun’s strong
impatient rays.

It was suddenly dark, like a downpour.
I stood in a room that contained every moment –
a butterfly museum.

And the sun still as strong as before.
Its impatient brushes were painting the world.

***

Tomas Tranströmer (Stockholm, Suède 1931-2015)Secrets en chemin (Hemligheter på vägen, 1958) – Traduit du suédois par Jacques Outin – Translated by Robin Fulton

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 31, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :