Miguel Hernández – Troncs de solitude (Troncos de soledad)

Miguel HernándezTroncs de solitude
précipices de tristesse
où je me mets à pleurer.

Tes yeux s’en vont
de mes yeux et reviennent
après avoir parcouru
une étendue d’absents.

Ta bouche s’en va
de ma bouche et revient
avec des baisers morts
qui battent encore, qui encore voudraient.

tes bras s’effondrent
dans mes bras et remontent
reculant devant cette
désolation que tu ressens.

Tertre de ton corps,
ma chaleur en vient encore à bout.

*

Troncos de soledad,
barrancos de tristeza
donde rompo a llorar.

Tus ojos se me van
de mis ojos y vuelven
después de recorrer
un páramo de ausentes.

Tu boca se me marcha
de mi boca y regresa
con varios besos muertos
que aún baten, que aún quisieran.

Tus brazos se desploman
en mis brazos y ascienden
retrocediendo ante esa
desolación que sientes.

Otero de tu cuerpo,
aún mi calor lo vence.

***

Miguel Hernández (1910 Orihuela, Espagne – 1942 Alicante) – Traduit de l’espagnol par Jean-Marc Undriener

Publicités

~ par schabrieres sur août 10, 2015.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :