Eugénio De Andrade – Fais une clef, même petite (1984)

Eugénio de AndradeFais une clef, même petite,
entre dans la maison.
Consens à la douceur, aie pitié
de la matière des songes et des oiseaux.

Invoque le feu, la clarté, la musique
des flancs.
Ne dis pas pierre, dis fenêtre.
Ne sois pas comme l’ombre.

Dis homme, enfant, étoile.
Répète les syllabes
où la lumière est heureuse et s’attarde.

Répète encore : homme, femme, enfant.
Là où plus jeune est la beauté.

*

Make a key, even a small one,
enter the house.
Give in to sweetness, pity
the substance of dreams and of birds.

Invoke the heat, the limpidness, the music
of loins.
Do not say stone, say window.
Do not become a shadow.

Say man, say child, say star.
Repeat those syllables
where light is happy and lingers.

Say once again: man, woman, child.
Where beauty is the freshest.

*

Faz uma chave, mesmo pequena,
entra na casa.
Consente na doçura, tem dó
da matéria dos sonhos e das aves.

Invoca o fogo, a claridade, a música
dos flancos.
Não digas pedra, diz janela.
Não sejas como a sombra.

Diz homem, diz criança, diz estrela.
Repete as sílabas
onde a luz é feliz e se demora.

Volta a dizer: homem, mulher, criança.
Onde a beleza é mais nova.

***

Eugénio De Andrade (Fundão, Portugal 1923 – Porto 2005)Blanc sur blanc (Branco no Branco, 1984) – Traduit du portugais par Michel Chandeigne – Translated by Alexis Levitin

Publicités

~ par schabrieres sur août 12, 2015.

4 Réponses to “Eugénio De Andrade – Fais une clef, même petite (1984)”

  1. Quel joli poème sur la clef. J’aime le mot, et la lecture a été bien chouette de ces mots. Merci pour le gentil passage. 🙂

    J'aime

  2. Que j’ai aimé ce poète,, magicien de la lumière , me fait penser à Jorge Guillen sur ce plan là en plus sensuel

    J'aime

  3. Le bonheur à la clef.

    J'aime

  4. A reblogué ceci sur Blog de Grégoire Perra.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :