Lambert Schlechter – Avec un tel acharnement… (2014)

Lambert Schlechteravec un tel acharnement, une telle rage
avec un tel désespoir, une telle tendresse

à la limite de l’abrupt taisement
au bord du précipice de la démence

avec des mots banals dans des vers
incandescents qui réduisent tout en cendre

les poètes disent ce qui ne se dit pas
et font exploser les évidences

nous inexistons si somptueusement

***

Lambert Schlechter (né en 1941 à Luxembourg)Je est un pronom sans conséquence (2014)

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 7, 2015.

2 Réponses to “Lambert Schlechter – Avec un tel acharnement… (2014)”

  1. Je m’appelle personne

    Je n’ai pas de nom. Je m’appelle Personne.
    Les riches ont l’or,
    mes maigres mains creusent le rio.
    Mes maigres mains creusent un sillon de mort.

    J’ai enterré tant d’enfants que ma mémoire
    est une encre sauvage.

    Je n’ai plus de mains. Je n’ai plus d’âge.
    J’ai la sagesse des grands arbres brisés par les Américains.

    Je suis un Peau-Rouge. Jamais je ne marcherai
    dans une file indienne.

    J’ai très mal au cœur, au sexe, aux entrailles.
    Je prie. Je suis Sioux.
    Je prie. Je crois à la revanche.
    Je suis celui qu’on ne peut pas tuer au cœur de la bataille.

    André LAUDE

    J'aime

  2. J’hésitais avec celui-là aussi, pourquoi pas les deux, la poésie doit occuper l’espace.

    J’étais je suis je serai

    J’étais pierre éclatée, soleil-sida,
    j’étais cadavre sous les brassées de fleurs.

    J’étais silence mural. J’étais cimetière de campagne.
    J’étais oiseau aux ailes brisées, mazoutées.
    J’étais vieux, alcool
    parlant sans cesse de guerre dans les djebels.

    Je suis un scénario de suicide. Je contemple le fleuve.
    Je vois passer des cadavres de veuves.
    Je me hais et je veux mourir. Je me hais
    et je veux mourir.

    Fermez les yeux. Songez une dernière fois
    à mon profil de poète grec,
    dans la plus pouilleuse île.

    Je serai, à partir de ce jour, ciel, ciel et ciel.
    Ciel au-delà de vos folies meurtrières.
    Je serai ciel. Je serai éternel.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :