Lambert Schlechter – Avec un tel acharnement… (2014)

Lambert Schlechteravec un tel acharnement, une telle rage
avec un tel désespoir, une telle tendresse

à la limite de l’abrupt taisement
au bord du précipice de la démence

avec des mots banals dans des vers
incandescents qui réduisent tout en cendre

les poètes disent ce qui ne se dit pas
et font exploser les évidences

nous inexistons si somptueusement

***

Lambert Schlechter (né en 1941 à Luxembourg)Je est un pronom sans conséquence (2014)

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 7, 2015.

2 Réponses to “Lambert Schlechter – Avec un tel acharnement… (2014)”

  1. Je m’appelle personne

    Je n’ai pas de nom. Je m’appelle Personne.
    Les riches ont l’or,
    mes maigres mains creusent le rio.
    Mes maigres mains creusent un sillon de mort.

    J’ai enterré tant d’enfants que ma mémoire
    est une encre sauvage.

    Je n’ai plus de mains. Je n’ai plus d’âge.
    J’ai la sagesse des grands arbres brisés par les Américains.

    Je suis un Peau-Rouge. Jamais je ne marcherai
    dans une file indienne.

    J’ai très mal au cœur, au sexe, aux entrailles.
    Je prie. Je suis Sioux.
    Je prie. Je crois à la revanche.
    Je suis celui qu’on ne peut pas tuer au cœur de la bataille.

    André LAUDE

    J'aime

  2. J’hésitais avec celui-là aussi, pourquoi pas les deux, la poésie doit occuper l’espace.

    J’étais je suis je serai

    J’étais pierre éclatée, soleil-sida,
    j’étais cadavre sous les brassées de fleurs.

    J’étais silence mural. J’étais cimetière de campagne.
    J’étais oiseau aux ailes brisées, mazoutées.
    J’étais vieux, alcool
    parlant sans cesse de guerre dans les djebels.

    Je suis un scénario de suicide. Je contemple le fleuve.
    Je vois passer des cadavres de veuves.
    Je me hais et je veux mourir. Je me hais
    et je veux mourir.

    Fermez les yeux. Songez une dernière fois
    à mon profil de poète grec,
    dans la plus pouilleuse île.

    Je serai, à partir de ce jour, ciel, ciel et ciel.
    Ciel au-delà de vos folies meurtrières.
    Je serai ciel. Je serai éternel.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

%d blogueurs aiment cette page :